Tarifs municipaux : Saint-Germain, une ville chère, l'exemple de la bibliothèque (1/3)

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

A Saint-Germain, la municipalité pratique une politique d’impôts bas et de tarifs municipaux élevés. C'est-à-dire une politique peu solidaire.
Lorsque Jean Laurent, conseiller municipal PS, a rappelé ce constat en conseil municipal lors du dernier débat budgétaire, le maire UMP de Saint-Germain a nié ce diagnostic en des termes particulièrement hautains, balayant du revers de la main notre comparaison de tarifs basée sur quelques exemples qui, selon lui, ne reflètent pas la réalité.
En réponse à cette critique que nous estimions injustifiée, nous avons mené une enquête approfondie sur un échantillon de communes incontestable : toutes les communes de plus de 20.000 habitants du département, ainsi que les communes limitrophes de Saint-Germain dont la population est un peu inférieure à 20 000 habitants. Les résultats sont accablants : dans tous les domaines, la ville de Saint-Germain pratique des prix nettement plus élevés que la moyenne des villes sondées.

Cet article est le premier d’une série de trois, dédiés respectivement aux tarifs de bibliothèques, de piscine et de cantines. Ces trois exemples ont été choisis parce qu’ils concernent des prestations très voisines d’une ville à l’autre et parce qu’ils couvrent trois domaines de la vie communale : la culture, le sport et l’éducation primaire.
 
Les faits 

Concernant les bibliothèques, nous avons défini deux profils d’usager : un étudiant de 23 ans (1) et un adulte actif (2). 
Les tarifs annuels 2007 sont les suivants :

Biblioth-que_Tableau.GIF
Les tarifs affichés en verts sont inférieurs à ceux de Saint-Germain. Ceux qui sont en rouge sont supérieurs.
La comparaison entre Saint-Germain et la moyenne des villes sondées est nette :

·  Un étudiant Saint-Germanois doit payer plus du triple pour s’inscrire à la bibliothèque qu’un étudiant de la moyenne des villes sondées.

· Un adulte Saint-Germanois doit payer 70% de plus que la moyenne des autres villes.

Pour compléter cette information, nous avons souhaité informer les Saint-Germanois de la taille du fonds de la médiathèque et le comparer aux villes de la strate.
Mais, après deux relances, la directrice de la médiathèque a refusé de nous communiquer la taille du fonds (nombre de livres et de CD / DVD) et nous a suggéré de «bien vouloir transmettre [notre] demande à Monsieur le Maire»! Aucune autre commune ne nous a refusé cette information, qui est aisément disponible dans les logiciels utilisés par les médiathèques. Après les victimes de la circulation et les pertes sur la dette du Sidru, encore un exemple de la transparence du maire sortant!
En cherchant bien, nous avons tout de même fini par trouver sur le site de la Lecture Publique le nombre de livres de notre bibliothèque : 93 000 livres. Pour 42 000 habitants, cela représente 2,2 livres par habitant, soit 24% de moins que la moyenne de la strate nationale (2,9 livres/hab).
Il y a décidément beaucoup de vérités qui dérangent à Saint-Germain
.

Notre analyse

Il est intéressant d’observer que la majorité des communes pratique la gratuité pour les étudiants. Ce choix politique, que nous demandons de longue date, n’est plus l’apanage des villes gérées par la Gauche. En effet, on remarque dans cette catégorie certaines villes actuellement gérées par la Droite, comme Versailles, Mantes-la-Jolie et Le Chesnay. A Saint-Germain la gratuité est limitée au fonds pour enfants. 

Prolongeons cette analyse par un graphique, montrant la répartition des communes en fonction de ces deux prix, utilisés comme les coordonnées horizontales (prix pour un étudiant) et verticales (prix pour un adulte) :

Tarifs-biblioth--que.JPG
 Le point rouge montre la commune de Saint-Germain. Les communes sondées se répartissent en quatre groupes, qui définissent quatre politiques : 

·        En vert : Gratuité totale, 27% des communes 

·        En bleu : Gratuité pour les étudiants, 27% des communes 

·        En orange : Prix symbolique pour les étudiants, 18% des communes 

·        En rouge : Prix élevé pour tous, 23% des communes

Clairement, Saint-Germain fait partie du petit groupe des communes ‘chères’, avec Poissy, Rambouillet et Chatou. 

Pour une autre politique de la culture

Voilà pour les premiers faits sur ce dossier des prix facturés par la commune.
Notre analyse est, que cela plaise ou non au maire de Saint-Germain, que sa politique de tarifs élevés est favorable aux plus aisés. Elle laisse de côté de nombreux Saint-Germanois qui, par manque de moyens, n’ont pas accès à la culture ainsi, comme nous l’illustrerons ultérieurement, qu’au sport ou à la cantine scolaire. 

Nous sommes favorables à un meilleur équilibrage entre les revenus des impôts et ceux des usagers. Concrètement, nous sommes favorables à un accès gratuit aux étudiants jusqu’à 25 ans, et un prix pour adulte voisin de la moyenne départementale, entre 10 et 15 € par an.

Emmanuel Fruchard 


1) Précisément, il s’agit d’un étudiant de 23 ans habitant la commune et intéressé par le fonds de livres et l’accès à internet (pas les CD / DVD quand cette distinction est faite).
2) Précisément, il s’agit d’un adulte habitant la commune qui ne bénéficie d’aucune réduction (jeune, chômeur, plus de 65 ans) et qui est intéressé par l’ensemble du fonds.

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robin Zénon 19/04/2008 19:07

Bonjour anonyme,23,50 €, c'est peut être "dérisoire" pour vous, mais c'est un effort pour pas mal de gens, 1/2 journée de travail au SMIC pour être concret. Quand le budget est très serré cela représente une partie significative de ce qui reste à la fin du mois pour les loisirs.

anonyme 19/04/2008 09:55

je lis votre blog concernant les tarifs de biblio. je suis ahurie de votre regard sur le monde. Rien n'est gratuit et nous sommes un pays qui est "pris" en charge régulièrement comme le sont les bébés! pour devenir un adulte il est nécessaire de payer. Comment se procurer de la culture à un prix dérisoire pour tous si l'on refuse de payer et ainsi de participer à la collectivité. allez donc vivre dans les pays d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine, de l'ex URSS où la culture est inateignable pour la majorite alors qu'elle représente cette "liberté" pour supporter la vie. Je précise que je ne suis pas portée à voter ni à droite ni à gauche mais selon le niveau de réflexion du ou de la candidate.le nivellement par le bas est de ce pays. Croire que le non paiement ferait accèder un plus grand nombre à une réflexion est illusoire. Payer est un acte réel tout autant que symbolique.

Ny 29/01/2008 22:31

En réponse au commentaire n°2, je dirai mon étonnement ! Je suis d'accord pour dire que la valeur de la Culture, sous toutes ses formes, n'a pas de prix, mais l'accès à la Culture en revanche a un coût et à moins de faire partie des privilégiés ayant la chance de ne pas compter leurs sorties à la bibliothèque, au théâtre ou au cinéma, les tarifs sont souvent un frein à la culture.Face à ce constat, seul le Parti socialiste réagit et écrit à ce sujet. Et je les en félicite ! Alors plutôt que de "désespérer", participez ! Cet article est peut-être imparfait, mais il a le mérite d'exister. Et vous, que faites-vous ?...

Anonyme 25/01/2008 21:38

Bonjour,Il est interessant de noter que votre "étude" exclut les supports numériques qui sont inclus dans les tarifs saint germanois, j'en conclus que vous ne considérez pas la musique ni le cinéma comme des oeuvres. De plus vos chiffres, hasardeux au demeurant, n'ont qu'une valeur quantitative, ce qui en terme de culture est affligeant. Je vous comprends néanmoins, la culture n'est pas un concept aisé à manier et encore moins à manipuler politiquement en des articles écrits à la va-vite suite à des enquêtes baclées.Je tiens pour finir que c'est un socialiste qui vous écrit et suis désespéré de voir qu'ici comme au niveau national le parti tape toujours à coté...Cordialement.

anonyme 24/01/2008 16:01

Demonstration limpide et très éclairante. Bravo !!