Odeurs pestilentielles aux abords de la blanchisserie interhospitalière (2e partie)

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Dans un premier article (à lire ici), nous avons présenté la blanchisserie interhospitalière (BIH) de Saint-Germain, située dans le quartier du Bel-Air.
Cet important établissement, qui gère le linge sale d'une quinzaine d'établissements de santé, occasionne depuis plusieurs mois des nuisances olfactives extrêmement désagréables aux riverains.

Fin 2004, une inspection de la DRIRE (direction régionale de l'industrie, de la la recherche et de l'environnement) a mis en évidence l'élévation anormale de la température des effluents au-delà de la limite imposée par l'arrêté préfectoral, c'est à dire 30°C.
Le Préfet, autorité de tutelle, avait exigé en 2005 un investissement de 66.000 Euros pour la mise en place d'un échangeur de chaleur afin d'abaisser la température des effluents en deçà de la valeur limite imposée soit 30° ; les relevés effectués ont montré des températures moyennes de rejet de 37°. 

Fin 2007 et début 2008, de nombreux riverains, notamment des co-propriétaires de résidences ainsi qu'une pétition de 90 personnes signalent "les odeurs nauséabondes émanant des bouches d'égouts" et demandent au maire de Saint-Germain de "réaliser les travaux d'assainissement des rues Vivaldi, Rameau et Rossini" afin de "mettre un terme à l'émanation de ces odeurs insoutenables".

La mairie reconnait que "ce problème ne [leur] est pas inconnu" et qu'une visite sur place de la DRIRE et de techniciens de la mairie  le 19 février "a mis en évidence certains dysfonctionnements".

Suite à l'inspection de la DRIRE le 19 février, le Préfet des Yvelines, par courrier en date du 7 avril dernier, a confirmé :
- que "de fortes odeurs nauséabondes étaient perceptibles au niveau de certains avaloirs d'eaux pluviales situés sur la chaussée du Boulevard Franz Liszt immédiatement en aval de la blanchisserie, ceci jusqu'à environ 200 m du point de rejet"
- que l'exploitant a indiqué que ces odeurs provenaient d'une fosse de 200m3 de mélange des eaux de lavage de la blanchisserie, fosse créée en 2007
- qu'un dispositif de ventilation de la fosse a été installé et une vidange réalisée le 28 février par l'exploitant
- que l'Inspecteur a proposé de rehausser les pompes de relevage des effluents afin de limiter le rejet des boues fermentées accumulées en fond de fosse.

Le préfet conclut que selon lui, "il semblerait que les travaux effectués ne soient pas suffisants et un nouveau contrôle est demandé à l'Inspection des installations classées".

L'affaire à ce jour est loin d'être close et les nuisances sont toujours là. Au vu de cette situation, nous demandons dans un premier temps au maire de Saint-Germain (la question sera posée ce soir en conseil municipal) :

- Quelle est son analyse, ses mesures prises concernant notamment la surveillance du réseau d'assainissement de la ville en aval de la blanchisserie ?
- Quelles mesures d'information et de communication, qui ont été à ce jour totalement absentes, compte-t-il mettre en place à destination des riverains et des habitants du quartier du Bel Air qui depuis des mois vivent ces désagréments?
- En 2007, la Blanchisserie envisageait une extension de son activité avec la construction de deux bâtiments de 1.000 mètres carrés chacun en vue d'un projet d'agrandissement de la Blanchisserie, projet à ce jour non concrétisé. Quelle serait sa position sur une telle éventualité ?

Nous poursuivons notre travail sur ce dossier et vous tiendrons très régulièrement informé. N'hésitez pas à nous apporter vos témoignages, soit en ajoutant un commentaire ci-dessous, soit en nous contactant par mel à cette adresse ps.saintgermain@gmail.com

Photo de l'auteur
A lire aussi :
La première partie de l'article : la présentation de la BIH

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Commenter cet article