SIDRU : Les représentants de Fourqueux et Poissy veulent en savoir plus !

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Nous continuons de suivre de très près le dossier de la gestion de la dette du Sidru - le syndicat intercommunal de traitement des ordures - auquel nous avons déjà consacré plusieurs articles (voir notre dossier SIDRU).

Le Sidru avait, jeudi 29 mai de 18h à 20h, une réunion plénière, où siégeaient deux représentants de chacune des
15 communes membres. La gestion de dette a donné lieu à un débat intéressant.

Cette réunion avait un ordre du jour composé de plusieurs points assez formels, notamment l'adoption du règlement intérieur du syndicat, les montants de diverses indemnités et la nomination des représentants du syndicat à des commissions. Tous ces points n'ont pas donné lieu à débat.

Cependant un point de l'ordre du jour a suscité beaucoup d'intérêt : il s'agissait du renouvellement de la délégation donnée au président du syndicat (E. Lamy) pour conclure des contrats financiers ou amender les contrats existants.
Quatre orateurs sont intervenus :
En présentant la délibération, E. Lamy a commencé par expliquer que sa compréhension des contrats financiers était limitée et qu'il travaillait sur ces dossiers avec J. Fraleux (vice-président en charge des Finances, de Conflans).
Cette modestie est surprenante pour quelqu'un qui a passé l'essentiel des 20 premières années de sa vie professionnelle au ministère des Finances... Bizarrement, E. Lamy était en train de demander une délégation de signature à son nom, tout en expliquant que le vrai décideur était J. Fraleux...
Un représentant de Poissy a alors demandé que diverses modalités soient ajoutées au texte de cette délibération pour garantir la transparence des transactions et la maîtrise des risques, notamment en suivant les recommandations de la circulaire du ministère de l'Intérieur d'avril 2003. Il a aussi demandé que les options soient traitées uniquement pour réduire les risques, et enfin que les valeurs liquidatives de l'ensemble des opérations soient communiquées au Comité.
M. Lamy a repris la parole pour expliquer que la gestion active de dette comportait nécessairement une prise de risque, mais qu'il était clair qu' « il n'avait jamais été question » de vendre des options. A-t-il oublié que les swaps traités en 2005 et 2007 utilisent des formules qui sont équivalentes à des ventes d'options, ou n'a-t-il pas compris cet aspect - pourtant fondamental - des contrats qu'il a signé?
M. Lamy a alors passé la parole à M. Fraleux qui a expliqué qu'il n'y aurait probablement pas besoin de conclure de nouveaux contrats cette année, et qu'une hausse de quelques pourcents de la taxe d'enlèvement des ordures chaque année pendant 20 ans suffirait à couvrir les aléas financiers et industriels, qu'il estime à « 25 millions d'euros ».
25 millions, c'est proche de
nos dernières estimations de pertes, soit 29 millions d'euros. Jusqu'à présent M. Lamy n'a toujours voulu parler que des 5 millions de gains comptabilisés entre 2003 et 2007, pas les pertes futures !
Un représentant de Fourqueux a ensuite pris la parole pour préciser que selon lui on ne pas peut dire que « la valeur liquidative ne représente rien », se référant visiblement à une phrase de l'ordre du jour. Il a expliqué qu'il est important de connaître la valeur liquidative, soutenant en cela une demande du représentant de Poissy.
M. Lamy a conclu en proposant d'ajouter à la délibération les modalités demandées par le représentant de Poissy.
Le texte ainsi enrichi a été approuvé à l'unanimité (une abstention et des votes pour, dont toutes les personnes qui ont pris la parole).

Parmi les questions diverses, la proposition de création d'un 7ème poste de vice-président n'a pas réuni un consensus, une représentante d'une petite commune s'oppose en effet à ce que ce poste soit créé juste parce que Poissy et Achères n'ont pas eu d'élu. Selon elle, cela revient à contourner le vote démocratique qui a eu lieu à la réunion précédente. Cette question n'a pas été soumise au vote et sera reportée à la prochaine réunion.


Nos commentaires
 :

Un pas important a été franchi durant cette réunion : M. Lamy a accepté de communiquer la valeur liquidative des swaps traités par le Sidru. Nous verrons comment cette promesse se concrétisera et en tiendrons nos lecteurs informés.
Ensuite, pour la première fois un responsable du Sidru admet simultanément que la taxe d'enlèvement des ordures ménagères devra être augmentée, et que des pertes futures puissent être à déplorer. En clair cela signifie que ces messieurs ont perdu de l'argent sur les marchés financiers et que nous allons devoir payer l'addition ! Cependant, bien que l'estimation de 25 M € soit proche de nos calculs, elle ne reflète que la situation actuelle, pas les évolutions potentielles dans le futur. Par exemple, si le dollar remonte contre euro de 0,20, les pertes du Sidru seront réduites de 15 M €, tandis que si le dollar baisse encore de 0,20 les pertes du Sidru augmenteront de 25 M €. C'est plus la prise de risque que nous critiquons que le montant de gain ou de perte.
Enfin, il est intéressant d'observer comment les représentants d'une ville de droite (Fourqueux) et d'une ville de gauche (Poissy) portent un regard critique sur la gestion active de la dette menée par un duo composé du président (de droite) et du vice-président aux Finances (de gauche). Cette observation permet de mesurer la pertinence des accusations du maire de Saint-Germain, qui a qualifié à plusieurs reprises notre analyse des finances du Sidru de «
polémique électorale »...

La prochaine réunion du syndicat aura lieu le 19 juin 2008, dans la salle multimédia de l'hôtel de ville de Saint-Germain-en-Laye. Cette réunion est publique et ouverte à tous.

A lire :

Tous nos articles sur le dossier SIDRU

2 vidéos pour comprendre le dossier

Commenter cet article