Courrier des Yvelines (4 juin 2008) : Les élections du conseil d'administration de la Soucoupe contestées

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Notre article du 27 mai dernier sur la dernière assemblée générale de la Soucoupe a fait réagir (à ce jour 11 commentaires, à lire ici).
Nous ne sommes pourtant pas les seuls à avoir relaté les conditions particulières de cette assemblée générale houleuse.
Le Courrier des Yvelines du 4 juin y a consacré un long article dont vous trouverez ci-dessous des extraits. Pour lire l'article en entier,
cliquez sur ce lien (fichier PDF, 2Mo) ou cliquez sur l'image.

La Soucoupe en proie à des difficultés est en plus le lieu d'un combat politique. La preuve en est la sévère joute qui s'est déroulée lors de l'élection de deux nouveaux membres au conseil d'administration, à la mi-mai.
La Soucoupe n'avait pas besoin de cela. Manque de dynamisme, coupure avec un certain nombre de jeunes, isolement dans le quartier, directrice chahutée, le centre social du Bel-Air est déjà mal en point. En crise, pour faire court. Il n'y a pas d'autres noms. En plus, la dernière assemblée générale a mis au jour un déficit supplémentaire de 15 000 euros, ce qui fait au cumul des dernières années, près de 100.000 euros. Même si la Ville a décidé de combler en partie ces manques, la direction de la Soucoupe a été priée de redresser la situation.
La soirée du 15 mai dernier [...] a été assez houleuse [...].
Mais surtout, l'élection de deux nouveaux membres du conseil d'administration a été l'objet d'un drôle de tour de passe-passe. [...] Quatre prétendants y ont postulé : Madame Morcrette, une adhérente, mais plus remarquées ont été les candidatures de Nathalie Schmitt, membre de la liste Lamy aux dernières Municipales, Abdellah Ait Lhoussaine, habitant du quartier, membre lui de la liste Péricard, et Jean Laurent. [...] Au final, ce sont les deux femmes qui ont été élues par les adhérents. Jean Laurent a raté le coche pour une toute petite voix [...] et n'hésite pas à exprimer des doutes sur les conditions du vote. [...] "Justement avant le vote, des consignes avaient été données par Armelle de Joybert de barrer mon nom et celui d'Abdellah Ait Lhoussine". Jean Laurent n'hésite pas d'ailleurs à dire que le maire est derrière tout cela. "C'est inadmissible d'avoir procédé de la sorte. Du coup, on a un conseil d'administration tout à la solde d'Emmanuel Lamy [...]".
Interrogé, le maire de Saint-Germain s'en remet à la démocratie : "Les gens ont voté et se sont exprimés. Une page se tourne. Ce que je souhaite éviter, c'est une politisation du lieu." [...]
Jean Laurent regrette ce verrouillage complet du maire : "Je ne suis plus aujourd'hui au conseil municipal. Je reste de Gauche, mais si je me présentais au conseil d'administration, c'était surtout pour faire avancer les choses et non pour une histoire de politique. Je regrette vraiment cette situation et je me désole qu'on me mette dans le même clan que les Péricard. Moi, ici, je suis bénévole depuis quinze ans. Quant au maire, quand il dit qu'il ne veut surtout pas politiser la Soucoupe, il fait rentrer lui-même des gens de son équipe au conseil d'administration". [...]
Le Courrier des Yvelines du 4 juin. Stéphane Bessac

Nos précédents articles sur la Soucoupe :

Assemblée générale houleuse à la Soucoupe et élection douteuse
La Soucoupe est-elle encore un centre social ?

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Commenter cet article