Manque de sérénité au Conseil Municipal de Saint-Germain

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le Conseil Municipal du 5 juin dernier s'est déroulé dans un climat manquant de sérénité et de courtoisie dans la qualité des débats entre le maire et ses oppositions. Il ne m'appartient pas ici de commenter la manière dont le maire dirige le Conseil Municipal. Il est libre et agit comme il l'entend. Par définition, le maire est le chef d'orchestre de la majorité municipale. Mais il y a un pouvoir qu'il n'a pas, c'est de faire jouer sa partition à ses oppositions. Quelle que soit son attitude, les élus de la gauche continueront de jouer leur petite musique, que cela plaise ou non. En toute indépendance et conformément à nos engagements, nous soutiendrons les projets lorsqu'ils sont bons pour les Saint-Germanois et nous nous opposerons lorsqu'ils ne sont pas conformes à nos valeurs.

Pascal Lévêque
Conseiller Municipal PS de Saint-Germain


Nous consacrerons prochainement plusieurs articles au conseil munipal du 5 juin.

A lire également :
Nos précédents comptes-rendus de conseils

Publié dans Conseil municipal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre 11/06/2008 08:42

Sympathisant de votre liste, j’ai assisté le 5 juin
dernier dans le public au Conseil Municipal. Je trouve que les Saint-Germanois
devraient venir plus nombreux, ils découvriraient un maire profondément
différent en séance de Conseil qu’en réunion de quartier. Au-delà de la forme,
les débats étaient menés de manière hautaine, cassante et inutilement
polémique par le maire, le fond est toutefois plus intéressant. J’ai apprécié la manière
dont la gauche a contré la mise en place du service d’accueil minimum en cas de
grèves des enseignants. Contrairement à ce qu’a dit le maire, ce sujet n’est
pas seulement pratique mais, avant tout, politique. Sur les finances de la
ville, j’ai retenu la limitation des dépenses de fonctionnement de la ville
mais surtout qu’un débat sur la fiscalité locale devra avoir lieu car, face à
nos futurs investissements, la ville sera dans l’obligation de revoir ses taux
d’imposition ou de s’endetter plus. Enfin, j’ai été sensible à l’intervention
sur la caisse des écoles. Avant de venir m’installer à Saint-Germain, j’ai vécu
10 ans en Bretagne dans une ville de 20.000 habitants où la caisse des écoles
était très active, notamment elle gérait la restauration scolaire et les
séjours socio-éducatifs pendant les vacances. Il est surprenant de supprimer
cette institution et de dire qu’elle n’a plus sa place à Saint-Germain. En tout
cas, tous mes vœux d’encouragement pour poursuivre votre travail.
Pierre