Conseil municipal du 10 juillet : nouvelle attitude méprisante du maire de Saint-Germain envers ses oppositions

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Suite au dernier conseil municipal du 5 juin, nous avions dénoncé sur ce blog le "manque de sérénité et de courtoisie" du maire de Saint-Germain lors des séances du conseil (l'article est à lire ici).
En annonçant les dossiers à l'ordre du jour du conseil du 10 juillet, nous concluions notre article en espérant "que le maire de Saint-Germain [serait] d'une humeur plus constructive que lors du dernier conseil du 5 juin où il avait systématiquement dénigré les deux groupes d'oppositions".
Hélas, il n'en fut rien. Le ton désagréable et cassant est progressivement revenu pour devenir permanent dans les derniers dossiers. Arnaud Péricard, tête de liste de l'opposition de droite qu'Emmanuel Lamy déteste, (voir quelques exemples dans cet article ou dans celui-ci), a été la principale victime des propos du maire lors de ce conseil, comme Pascal Lévêque, tête de liste de l'opposition de gauche, le fut lors du conseil précédent.
Il faut noter qu'Emmanuel Lamy ne regarde JAMAIS Arnaud Péricard lorsque celui-ci s'exprime. Il lui tourne même ostensiblement le dos. Et il ne manque jamais une occasion dans ses réponses de dénoncer "le ton grandiloquent" de l'avocat ou de lui rappeler que tel ou tel projet qu'il critique a été initié ou réalisé par son père Michel Péricard, ancien maire RPR de Saint-Germain. Culotté quand on sait qu'Emmanuel Lamy a été le principal adjoint de Michel Péricard pendant plus de dix ans et a voté tous les dossiers de ce dernier...
Emmanuel Lamy s'en est également pris à la gauche, demandant par exemple à Emmanuel Fruchard si celui-ci connaissait vraiment les entreprises... Amusant de la part d'un énarque qui a fait toute sa carrière dans la fonction publique (
voir sa biographie sur wikipedia) et qui s'adresse à deux cadres supérieurs du privé (Emmanuel Fruchard est ingénieur financier et travaille désormais en indépendant et Pascal Léveque est directeur général d'un organisme de formation)...

Lors du dernier dossier de la soirée, celui sur le règlement intérieur du conseil municipal, très critiqué par les 2 oppositions qui ont voté contre (nous y reviendrons dans un prochain article), le maire s'est déchainé envers Arnaud Péricard : "balayez devant votre porte", "ce règlement intérieur, c'est celui de votre père", "l'enflure des mots cache le vide de la pensée", et "pour ne pas être désagréable [sic!], je vais m'arrêter là, vu l'invective" [re-sic].
Bien  entendu, on peut supposer que les propos ci-dessus ne figureront pas au procès-verbal de la séance...

Nous reviendrons dans un prochain article sur les autres dossiers à l'ordre du jour mais la mauvaise foi du maire et son ton cassant ne le grandisse pas.
Les Saint-Germanois sont en droit d'attendre de leur maire plus de sérénité et de débat constructif. Car, n'en déplaise à M.Lamy, les deux oppositions représentent plus de 47% de l'électorat de notre ville et il ne suffit pas de dire "vous n'avez pas compris que vous n'avez pas gagné les élections" pour que l'opposition ne s'exprime pas.
Nous vous invitons à assister aux conseils municipaux, qui rappelons-le, sont publics. Nous annonçons systématiquement sur notre blog les dates et les dossiers à l'ordre du jour. Vous découvrirez le vrai visage du maire de Saint-Germain...

La détestation réciproque entre Emmanuel Lamy et la famille Péricard aura certainement des conséquences lors de la prochaine élection cantonale de Saint-Germain sud en 2010, où Catherine Péricard, conseillère générale UMP mais aussi mère d'Arnaud Péricard, se représente. Il est quasiment certain qu'elle ne sera pas la seule candidate à droite et qu'Emmanuel Lamy fera tout pour la faire battre... Nous aurons largement l'occasion d'en reparler.
Rappelons qu'
Arnaud Péricard avait déposé un recours contre l'élection d'Emmanuel Lamy, qu'il a ensuite retiré. Il a depuis été suspendu un an de l'UMP suite à sa candidature dissidente (plus de détails dans notre dossier Municipales 2008).

A lire aussi :
Manque de sérénité au conseil municipal de Saint-Germain
Les dossiers à l'ordre du jour du conseil municipal du 10 juillet
La Droite saint-germanoise se déchire
L'appréciation d'Emmanuel Lamy sur les Péricard et réciproquement
Quand Emmanuel Lamy attaque le bilan de Michel Péricard

Publié dans Conseil municipal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thierry 29/07/2008 23:26

Merci pour l’info.
Je suis passé sur son blog ; ben on ne peut pas dire que c’est au niveau de ce que l’on est en droit d’attendre d’un maire d’une grande ville.
Passons sur les aspects  esthétiques, après tout chacun ses goûts. Mais alors ses chroniques, bon sang, quel recueil de lieux communs. Lamy se contente de faire écho au petit bréviaire des propagandistes de l’UMP, sans aucun recul, ni la moindre expression de son propre jugement ; si ce n’est quelques piques réactionnaires…...
Et c'est lui qui sans complexes, se permet d'agresser ses opposants par un: "L'enflure des mots cache le vide de la pensée" ?
S'agissant de ses propres "pensées": c'est d'une profondeur insondable. Tenez, un exemple au hasard.
Son dernier opus sur la réforme des institutions, avec le procédé, désormais bien connu chez lui, qui consiste à prétexter d’un détail pour en faire un cas général, est à l’image de ce qu’il montre dans l’exercice de ses fonctions.
Ce texte voté au congrès de Versailles, a failli être rejeté à 2 vois près ; je veux bien qu’il s’en félicite, mais là, il se contente de peu.
Emmanuel Lamy est un dignitaire UMP. Il est donc mieux placé que quiconque pour savoir qu’accepter un tel texte en l'état, revenait à cautionner la démarche partisane de la majorité présidentielle ; ce qui reconnaissez  le: serait pour le moins paradoxal venant de l'opposition parlementaire.
Et il nous parle d'enflure ?
Le détail qui tue pour Lamy, ce sont les petites discordes entre socialistes nées du vote au congrès de Versailles sur la réforme de la constitution. Manque de bol pour lui, il a perdu une occasion de se taire.
Dois-je vous rappeler les positions de ses camarades comme Messieurs : Tron, Lambert, ou encore le professeur Debré ?
Ils ont fustigé  la nature de ce texte ; mais ils ont pourtant voté en sa faveur ; afin, je cite l’un d’eux : « de ne pas être celui qui fait trébucher Sarkozy ».
Alors je veux bien qu’il cède à la tentation de dénigrer ses adversaires politiques, mais en l’occurrence, il s’avère qu’il est très loin d’être en position de donner des leçons.
Thierry.

laura 29/07/2008 09:31

attitude inqualifiable...comme sur son blog http://emmanuel-lamy.typepad.fr/

Thierry 27/07/2008 23:15

Pour avoir assisté à ce conseil municipal, j’ai aussi pu me rendre compte de l’ambiance lourde imposée par ce maire.
Mr Lamy, maire de Saint Germain en Laye, tient certes son rôle sur les sujets techniques préparés par des experts, comme lors des délibérations sur : le ramassage des ordures, le traitement des eaux usées, la distribution de l’eau potable, la rénovation de la place du château, où ses analyses sont parfois pertinentes. Mais dès qu’il aborde des sujets plus politiques, comme les subventions aux petites entreprises, les subventions au concessionnaire du parking de la place du marché, il semble sur les charbons ardents et ne se contrôle plus.
C’est ainsi que ce maire, polémique systématiquement avec ses 2 oppositions; qui pourtant ne font que lui présenter leurs suggestions, et lui expliquent les raisons de leur vote sur les décisions qui leur son soumises.
Et je peux témoigner que l’opposition, tant de gauche que de droite, adopte toujours un ton courtois et calme pour user de son devoir de critique, et le faire de manière constrictive. J’aussi pu constater que les élus socialistes font un remarquable travail d’analyse et savent densifier leur propos dans le temps très court qui leur est imparti.
Le ridicule a été porté à son paroxysme, lors des délibérations relatives à l’expression des oppositions dans le journal de St Germain, et sur le règlement intérieur. Là, le maire Lamy a eu une attitude inqualifiable, et perdait tout sens de la mesure.
En tant que citoyen de St Germain, j’ai été surpris et choqué, de voir ainsi  traiter des élus du peuple comme s’ils étaient des enfants gâtés qui se font prendre la main dans le pot de confiture. Jamais le maire n’a tenu compte des arguments de bon sens qui lui étaient soumis, il ne répondait qu’en mettant en cause les personnes. C’est indigne du 1er magistrat de la ville.