Les 8 nouvelles caméras de surveillance à Saint-Germain coûteront 300.000€

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Déjà équipées de 10 caméras de vidéosurveillance, la municipalité de Saint-Germain a décidé d'en ajouter 8 autres, actuellement en cours d'installation.
Ces 8 nouvelles caméras coûteront la bagatelle de 300.000€ selon Le Parisien. Il n'y a pas eu de véritable débat en conseil municipal sur cette extension de la vidéosurveillance, le maire de Saint-Germain se contentant en décembre 2007 (à quelques mois des élections municipales) de parler d' "un bilan positif" sans aucun détail, et les élus de gauche ont appris cette nouvelle au cours d'une délibération générale sur divers marchés passés par la ville.
Un rapport officiel récent, commandé par le Ministère de l'Intérieur, est pourtant très critique sur l'efficacité des caméras de surveillance, qui ne font souvent que déplacer la délinquance (Voir
l'article de Libération). Par ailleurs, Saint-Germain est une des villes les plus sûres de France, selon un palmarès révélé par le Figaro fin juin (voir l'article du Figaro et le palmarès en format pdf).
L'ajout de 8 nouvelles caméras est donc très discutable, d'autant qu'un certain nombre de policiers municipaux seront affectés à la visualisation des images et non à la présence sur le terrain.

Le Parisien du 30 juillet consacre un article à cette installation de 8 nouvelles caméras (et peut-être même une 9e).

La ville renforce sa vidéosurveillance
En cours d'installation, huit nouvelles caméras de vidéosurveillance devraient bientôt être opérationnelles à Saint-Germain-en-Laye. Ces nouveaux yeux électroniques, estimés à 300.000€, veilleront sur les places André-Malraux et Dauphine.  La rampe des grottes sera scrutée 24 heures sur 24, de même que de nouvelles rues dans le quartier du Bel-Air. Huit caméras, mais peut-être neuf. Une dernière pourrait surveiller la cour Larcher, en plein centre ville. Cela porte donc à dix-huit le nombre de caméras disséminées dans Saint-Germain-en-Laye et reliées au commissariat.
En 2004, la mairie avait testé le système en mettant en service dix appareils. "Le bilan est positif, c'est pourquoi nous étendons le dispositif. Après avoir installé une caméra près du terminus du RER, la délinquance a immédiatement baissé" explique le maire (UMP) Emmanuel Lamy qui prend garde de ne pas attribuer les bons chiffres de la délinquance dans la ville uniquement à ce système. "Les caméras ne sont qu'un élément dans l'ensemble de notre politique de prévention".
Il y a quatre ans, juste après avoir décidé de recourir à la vidéosurveillance, l'élu avait subi un vent de protestation. "Ce sujet n'anime plus de débats passionnés. Même les villes de gauche s'équipent", estime le maire. Peut-être, mais à gauche justement, l'extension fait grincer des dents. "Ce dispositif a un coût exhorbitant pour une utilité encore à prouver. Des rapports récents mettent en doute son efficacité", souligne Nicolas Didon, secrétaire de la section locale du PS. Nous aurions préféré que l'argent soit affecté à la présence de policiers au contact de la population. En plus, il n'y a pas eu de débat. Le maire a décidé seul d'étendre le dispositif, comme par hasard cinq mois avant les élections..."
(Le Parisien Sébastien Lernould)

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bazile 03/08/2008 12:08

"Ce sujet n'anime plus de débats passionnés".Bien entendu, quand on fait passer ce genre de décision en juillet... Même procédure qu'en 2004. La vidéo surveillance, mérite non seulement un débat, mais surtout une transparence exemplaire : quels sont les fonctionnaires ou agents privés affectés à la surveillance ? sont-ils, comme me l'avait personnellement confié le Maire des "personnes dont le niveau intellectuel implique que vous n'avez rien à craindre d'eux". A la remarque : "si vous n'avez rien à vous repprocher" on doit pouvoir s'assurer que les détenteurs de ce pouvoir de controle sont eux-même irréprochables.Enfin, à titre de conclusion, supposons que la première des libertés n'est pas la sécurité, mais que la première des sécurités, est la liberté, mais c'est déjà un autre débat...