Le Parisien (6 octobre) : La liaison locale du tram-train contestée

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le Parisien - 6 octobre
Décidément, le projet de tram-train déchaîne les passions à Saint-Germain-en-Laye. Après un groupe de la minorité municipale dirigé par Arnaud Péricard (DVD) et l'association les Amis de la forêt, ce sont maintenant les membres du collectif Pour un réseau routier ouest-francilien intégré dans l'environnement (Profile) qui ont des doutes sur la pertinence de la variante vers le RER du château.

Selon eux, la liaison locale entre la gare de Grande Ceinture, située en bordure de la N 184, et le centre-ville n'est pas « prioritaire ».

Le sujet a été abordé mercredi dernier par le bureau directeur du comité, composé d'une dizaine d'associations de Saint-Germain, Conflans et Saint-Quentin-en-Yvelines, en passant par Cergy (Val-d'Oise) pour un total de plus de 3 000 adhérents. Si les membres sont favorables au prolongement de la ligne SNCF de la Grande Ceinture vers le RER A à Achères et vers le RER C à Saint-Cyr-l'Ecole, ils sont contre le tronçon vers le centre-ville. « Il ne faut pas renouveler l'erreur de la liaison Saint-Germain-Grande Ceinture-Noisy-le-Roy qui a une faible fréquentation, indique Pierre-Emile Renard, le porte-parole de Profile. Avant de lancer une rame de tram-train de 50 millions d'euros vers le centre-ville, il serait bon d'évaluer la fréquentation. » L'homme s'appuie sur un récent comptage. Chaque jour, environ 2 000 passagers empruntent l'actuelle ligne SNCF (lancée en 2004) qui relie Noisy-le-Roi à Saint-Germain.

Le maire se dit surpris

L'association redoute donc la création d'une portion « inutile », d'autant que des bus urbains assurent déjà des rotations entre la gare de la Grande Ceinture et la station RER du château. « Il serait préférable de mettre en place des transports en commun en site propre en centre-ville avec des couloirs dédiés aux bus », suggère Pierre-Emile Renard. Les militants s'interrogent également sur le tracé de la variante retenu par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif). « Au lieu de couper au plus court, on va emmener les passagers faire le tour du camp des Loges », s'étonne le porte-parole.

Emmanuel Lamy (UMP), le maire de Saint-Germain, ardent défenseur du projet, est surpris par l'ampleur de la contestation. « La municipalité a donné un accord de principe et elle est favorable aux orientations du Stif, répond l'édile. Nous en sommes encore au stade de l'enquête préalable et les choix sont encore ouverts. » Le lancement des travaux devrait avoir lieu en 2012 pour une mise en service à l'horizon 2015.

Le Parisien - Yves Fossey


Rappelons que seule la majorité municipale a voté en faveur du tracé par le Camp des Loges. L'opposition de droite s'est abstenue et les élus de gauche du groupe Saint-Germain Solidaire ont voté contre.

A l'évidence, la gauche saint-germanoise n'est pas la seule à s'interroger sur la pertinence de cette liaison purement locale, qui pour nous également, n'est pas la priorité de ce projet. Il nous semble bien plus important de rejoindre Versailles, et dans un second temps Cergy, que de relier les deux gares de Saint-Germain en tram-train. Une desserte accrue par bus répondrait largement aux besoins.

Faute d'avoir réellement consulté les saint-germanois avant de prendre sa décision (le tracé par le Camp des Loges), le maire de Saint-Germain est forcément "surpris par l'ampleur de la contestation"...

A lire sur notre blog nos précédents articles sur ce sujet :

Une motion sur la Tangentielle lors du conseil municipal du 18 septembre

Le compte-rendu de la réunion publique du 17 septembre (1ere partie)

Le compte-rendu de la réunion publique du 17 septembre (2e partie)

Tangentielle Ouest : les grandes manoeuvres ont commencé

Publié dans Tangentielle Ouest

Commenter cet article