Quand Xavier Darcos était professeur de lettres en Dordogne...

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

L'affaire se passe il y a 25 ans en Dordogne... A l'époque, l'actuel ministre de l'Education Xavier Darcos était professeur de lettres à Périgueux.
Pour lire l'entrefilet, cliquez sur l'image (La Dordogne libre, 27 mai 2008)


La biographie de Xavier Darcos sur Wikipédia confirme ces informations et apporte des détails... intéressants.

Affaires des fuites du bac de français à Périgueux 

En 1982, Xavier Darcos était alors professeur de lettres agrégé du lycée Laure-Gatet de Périgueux, et également membre de la commission académique qui choisissait les sujets des examens. Mais peu après la tenue des Épreuves anticipées de français du mois de juin 1982, des accusations de fuites qui auraient bénéficié à certains candidats de la ville furent rapidement portées à l'encontre du professeur Darcos. Saisi de l'affaire, le recteur de l'académie de Bordeaux prononça l'annulation de l'épreuve dans la ville, ordonna une enquête administrative et déposa plainte contre Xavier Darcos.

Il apparut que Xavier Darcos avait effectivement fait travailler ses élèves, quelques jours avant le bac, sur un sujet très voisin de l'un des trois proposés aux candidats. Le futur ministre fut inculpé et cité à comparaître le 30 mai 1983 devant le tribunal de grande instance de Périgueux. La justice a estimé que, les sujets ayant été choisis finalement sur plusieurs listes de propositions, personne ne pouvait prévoir de manière certaine quels seraient les trois sujets finalement proposés aux candidats et a prononcé la relaxe de Xavier Darcos. Quelque 670 candidats avaient, quant à eux, reçu une nouvelle convocation pour une nouvelle épreuve en octobre[8].

8. Cf. Le Nouvel Observateur, mardi 10 juin 2003

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article

Legrand 05/01/2009 23:07

J'ai souvent entendu des gens dire que le bac était un diplome "donné"... C'est sur, si certains professeurs s'adonnent à ce genre de pratique.Mais venant de la part d'un ministre de l'éducation, chapeau bas l'artiste.