Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain, a animé une conférence débat sur les sans domicile fixe

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Dans le cadre d'une semaine de solidarité, Pascal Lévêque a animé une conférence débat le 5 janvier à Paris auprès d'une centaine d'étudiants sur le thème des sans-domicile-fixe.

Ce phénomène des sans-domicile-fixe est le fruit d'un processus clairement identifié de longue déchéance, souvent chaotique. Pascal Lévêque a rappelé que cette trajectoire peut être retournée par des politiques actives en espérant la survenance alors d'une trajectoire ascendante.
L'INSEE estime la population des SDF de l'ordre de 80.000 dont 16.000 enfants, le dernier rapport parlementaire le porte à 100.000 personnes. Ces chiffres peuvent paraître faibles eu égard par exemple à l'estimation faite par l'association ADT quart-monde qui estime entre 400.000 et 600.000 personnes rencontrant de très grandes difficultés pour avoir un toit. Enfin la Fédération Européenne d'associations, travaillant avec les sans-abris, estime à 900.000 personnes dans cette situation. Si le nombre total des SDF manque de précision, la population est relativement mieux connue en caractéristiques : majoritairement, les SDF se situent dans la tranche d'âge qui va de 20 ans a 40 ans. En ce qui concerne la répartition de la population selon le sexe, l'ensemble des travaux observe une relative homogénéité : l'expérience de la rue concerne beaucoup plus fortement les hommes que les femmes ; la présence des femmes est relativement rare (moins de 15 %).
Pascal Lévêque a ensuite analysé les causes amenant à la situation de SDF. La présence de facteurs lourds, très pénalisant dans l'existence, explique la situation des SDF ; parmi ceux-ci on peut citer les ruptures familiales, la perte du logement ou encore la perte de l'emploi ; bien évidemment, si chaque facteur est à lui seul suffisant pour faire basculer la vie et les conditions matérielles de la survie, le cumul de ces facteurs est très aggravant.

Le débat a alors porté sur comment aider à recréer une trajectoire ascendante ? Trois pistes ont été analysées : la trajectoire ascendante par le travail, la trajectoire ascendante par les minima sociaux et enfin la trajectoire ascendante par l'accès aux droits et à la prévention. Le débat a été particulièrement riche concernant les propositions possibles face à la problématique d'hébergement d'urgence et la construction de logements. Pascal Lévêque a rappelé que la première responsabilité est politique. Tout d'abord la responsabilité de l'État, celui-ci détient dans le domaine de l'hébergement et de l'accès au logement un rôle primordial, car permettre à chacun d'avoir un toit est de sa responsabilité. L'État doit donc impulser l'action, coordonner les politiques en ayant une vue d'ensemble, anticiper les besoins et fournir les moyens juridiques et financiers nécessaires aux associations, aux bailleurs et aux collectivités locales.
Toutefois le conseiller municipal de Saint-Germain-en-Laye a tenu à rappeler la responsabilité des élus et des collectivités territoriales. Les élus sont en première ligne face aux citoyens, inquiets, parfois récalcitrants ou hostiles à l'implantation dans leurs quartiers, dans leurs villes, de centres d'hébergement ou de nouveaux logements sociaux. Pascal Lévêque a tenu à rappeler que là où il y a une volonté politique, une vraie politique du logement peut être engagée. Cela nécessite une mobilisation constante, un effort d'explication, de pédagogie et d'information des habitants, une détermination sans faille.
Il a rappelé que l'article 55 de la loi SRU impose aux communes l'obligation de disposer d'au moins 20% de logements locatifs sociaux parmi leurs résidences principales. Il estime qu'il faut aller nettement plus loin, mettre en oeuvre les pouvoirs de substitution donnée par la loi aux préfets en cas de carence constatée, voire même accroître ces pouvoirs.

Le débat a également porté sur le fait de passer d'une culture de la charité à une culture d'intervention professionnelle, de mieux prévenir les expulsions locatives, de ne plus suspendre le versement de l'aide personnelle au logement en cas de non-paiement du loyer, d'améliorer les dispositifs de premier secours ou de moderniser les dispositifs d'hébergement. Les nombreuses questions de l'assistance ont montré que l'existence dans notre société de sans-domicile-fixe reste un véritable défi national. Le conseiller municipal de Saint-Germain a conclu en rappelant que nous manquons de logements en France. « Non seulement, nous ne construisons pas assez de logements en général, mais nous construisons pas assez de logements très sociaux, ou de logements adaptés aux populations les plus fragiles. Si nous ne sommes pas en capacité de répondre aux demandes déposées par les personnes jugées prioritaires dans le cadre de la loi DALOt, celle-ci va créer une situation explosive ».


Le texte complet de la conférence peut être téléchargé en cliquant sur ce lien (pdf, 105ko).

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PIERRE 09/01/2009 14:30

Sujet difficile à aborder, qui demande comme vous l'avez fait une réflexion de fond. non seulement il faut agir avec une politique active en faveur des sans abri, mobiliser des moyens divers et dispersés, mais aussi sensibiliser et faire preuve de pédagogie. C'est bien aussi d'aborder ce problème dans une ville comme saint-germain. Ce sujet ne peut avancer que part une forte prise de conscience.Merci pour les articles de votre blog.Pierre.

un lecteur assidu du blog PS de Saint Germain en Laye 08/01/2009 21:24

Merci au PS de Saint Germain de nous faire partager l'exposé sur les SDF que Pascal Lévêque a présenté dans une conférence parisienne. L'article mais surtout le texte intégral apporte une masse et une richesse d'informations sur ce sujet.Nous rencontrons parfois dans le RER ou à la gare de Saint Germain des SDF : pourquoi, comment en sont-ils arrivés là ? Que faudrait-il faire et qui peut réellemnt agir pour les relever et les réintréger dans la société, en faire de nouveau des citoyens?   Dans l'exposé, des réponses y sont présentées.Merci encore et tous mes meilleurs voeux pour 2009.Un lecteur assidu.