Le syndrôme République bananière : Chirac gracie Guy Drut !

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Décidément, pour Jacques Chirac, il n'y a pas de limite. Bénéficiant de son immunité présidentielle, il échappe, pour le moment, aux innombrables affaires entourant sa carrière politique (fraude électorale, corruption, abus de biens sociaux, etc..., la liste est hélas très impressionnante).
Non content de ne rendre aucun compte à la Justice, il fait aussi bénéficier ses amis de sa haute morale personnelle.
Ainsi, apprend-on ce matin que le président a gracié le fidèle Guy Drut.
Ministre des sports de 1995 à 1997, celui-ci a été condamné en octobre dernier à 15 mois de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende pour un emploi fictif dans l'affaire des marchés truqués d'Ile-de-France.

La mesure d'amnistie a été prise, annonce l'Elysée,  "en application de la loi de 2002 qui le prévoit pour les personnes ayant rendu des services à la Nation, notamment dans le domaine sportif". En l'occurrence, Guy Drut a surtout dû rendre beaucoup de services à Jacques Chirac...
Cette mesure ne peut que choquer profondément, y compris à droite, en particulier en pleine affaire Clearstream où Jacques Chirac est mouillé jusqu'au cou. Ainsi pour l'UDF, « c'est la manifestation des dérives de l'Etat UMP qui détient tous les pouvoirs dans notre pays et qui pense avoir le droit de tout faire ». Arnaud Montebourg, député PS, accuse de son côté Jacques Chirac d'« organiser l'impunité de ses propres amis et de lui-même » et dénonce « privilèges judiciaires en série, protection de ses amis, pressions sur les juges, détournement de la loi comme celle de l'amnistie pour protéger des gens qui ont été condamnés ».
Il est décidément grand temps que le mandat de Jacques Chirac prenne fin.

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article