Travailler le dimanche sans majoration de salaire : à Saint-Germain aussi désormais ?

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le préfet de la Région Ile-de-France a signé le 14 septembre dernier l'arrêté établissant la liste des communes de "l'unité urbaine de Paris". Ce sont ces communes franciliennes qui pourront déroger au repos dominical, selon ce que prévoit la loi du 10 août 2009, adoptée de justesse au Sénat cet été par l'UMP.
Cette "unité urbaine" recouvre Paris et l'ensemble des communes de la petite couronne (Val-de-Marne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis) ainsi que
50 communes de Seine-et-Marne, 87 communes des Yvelines, 79 communes de l'Essonne et 68 communes du Val d'Oise.
Parmi ces communes figurent Saint-Germain-en-Laye, mais aussi Fourqueux et Mareil-Marly et quasiment toutes les villes alentour qui sont donc considérées désormais comme des "zones touristiques"
. Pour bénéficier de la dérogation au repos dominical, il suffira au maire de ces communes de demander  au préfet de leur département la création d’un « périmètre d’usage de consommation exceptionnel » (PUCE).
La ville de Saint-Germain doit certainement déjà se considérer comme zone touristique car elle a créé début 2009 une taxe de séjour sur les nuitées d'hôtels que nous avions évoqué sur notre blog. Peu d'espoir d'y échapper donc...

Rappelons que cette loi prévoit pour ces communes que le travail le dimanche ne sera plus soumis au volontariat et que le salaire ne sera pas majoré.

Cette loi est une réelle régression sociale. Elle est
inefficace économiquement, dangereuse pour les salariés et néfaste pour la vie sociale et familiale. Et ce constat est partagé bien au-delà de la gauche, par de nombreux citoyens et élus de droite attachés au repos dominical.

A lire également :
La municipalité de Saint-Germain crée une taxe de séjour
La liste des communes d'Ile-de-France concernées

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Commenter cet article