La journaliste russe Anna Politkovskaïa a été assassinée

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Anna Politkovskaïa, travaillait depuis 1999 pour le bihebdomadaire russe Novaïa Gazeta. Elle devait livrer pour l'édition du 9 octobre un article consacré à la torture en Tchétchénie, photos à l'appui. Il n'est jamais arrivé à la rédaction. Saluée internationalement pour son courage et son professionnalisme, Anna Politkovskaïa, 48 ans, a été retrouvée morte, assassinée de plusieurs coups de feu dans l'ascenceur de son immeuble du centre de Moscou, samedi 7 octobre en milieu d'après-midi. Une enquête a été ouverte par le parquet russe.

Anna Politkovskaïa était une des très rares journalistes russes à parler de la deuxième guerre en Tchétchénie, lancée par la Russie en octobre 1999, et à critiquer les abus des forces fédérales russes et les milices redoutées de Ramzan Kadyrov, l'homme fort de Moscou dans la république du Caucase. Elle dénonçait aussi la corruption et les violations des droits de l'homme en Russie.

Dessin de PanchoLe Monde - 24 mars 2003

Anna Politkovskaïa avait plusieurs fois été menacée ces dernières années. Alors qu'elle se rendait en avion à Beslan pour couvrir la prise d'otages en septembre 2004 dans une école de cette ville du Caucase par un commando pro-tchétchène, la journaliste avait été victime d'une intoxication. Elle avait accusé les autorités d'avoir empoisonné le thé qui lui avait été servi à bord. En février 2001, la journaliste avait été détenue plusieurs jours par les forces russes en Tchétchénie et menacée de viol et de mort, une arrestation qu'elle avait liée à son enquête sur un centre de détention de l'armée.

Dimanche 8 octobre, le président Russe n'avait toujours pas réagi à l'assassinat de la plus célèbre journaliste de Russie. De façon très révélatrice, c'est le dernier Président de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, qui a réagi le plus vite dénonçant un «crime sauvage contre une journaliste professionnelle, sérieuse et courageuse». «C'est un coup pour toute la presse démocratique indépendante, c'est un crime grave contre notre pays, contre nous tous», a commenté Gorbatchev.

Mise à jour 9 octobre 17h : Le président russe s'est engagé, lors d'un entretien téléphonique avec George Bush, à ouvrir une "enquête objective" sur les circonstances de l'assassinat d'Anna Politkovskaïa.

Publié dans International

Commenter cet article