Lourdes réquisitions dans le procès Bédier

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le procès pour corruption présumée, ouvert le 25 septembre 2006, impliquant 3 élus UMP des Yvelines touche à sa fin. La procureure a rendu ses réquisitions hier à l'encontre de Pierre Bédier, Jacques Masdeu-Arus et Gilles Forray et celles-ci sont particulièrement lourdes.

  • Pierre Bédier, actuel président UMP du conseil général des Yvelines et député de la 8e circonscription des Yvelines : 18 mois de prison avec sursis, 80.000 euros d'amende et 3 ans de privation de droits civiques (entrainant de facto une inégibilité).


 


  • Jacques Masdeu-Arus, député UMP de la 12e circonscription des Yvelines et maire de Poissy : 2 ans d'emprisonnement avec sursis, 200.000 euros d'amende et 5 ans d'interdiction des droits civiques.

  •  

 


  •  Gilles Forray, vice-président UMP du conseil général des Yvelines et 1er adjoint du maire de Poissy : 3 ans d'emprisonnement avec sursis, 150.000 euros d'amende et 5 ans d'interdiction des droits civiques.

 
 
Pierre Bédier est poursuivi pour « recel d'abus de biens sociaux » et « corruption passive d'une personne investie d'un mandat électif public et recel de fonds provenant d'abus de biens sociaux ».
 Les trois hommes sont soupçonnés d'avoir touché, entre 1997 et 2003, d'importantes sommes en liquide en échange de l'attribution des marchés de nettoyage à une société spécialisée dirigée par Michel Delfau, un ami de Pierre Bédier.
 
Les réquisitions de la procureure sont accablantes pour les 3 élus. En ce qui concerne Pierre Bédier, Mme Daubigney estime que"l'argent qu'il a touché, c'est de l'argent pour son bien-être personnel qu'il a volé à ses administrés. (...) Ce vol rend Pierre Bédier indigne d'exercer des fonctions politiques parmi les plus nobles". Elle a également jugé Jacques Masdeu-Arus "indigne d'exercer des fonctions publiques". Quant à Gilles Forray, président de la commission d'appel d'offres, la procureure estime qu'il "a abusé de la confiance d'honnêtes gens qui, élection après élection, lui ont apporté leurs suffrages", et que "l'ampleur du délit justifierait une peine de prison ferme". Les trois élus sont décrits comme « trois seigneurs dans leur fief ».
 

Le jugement sera rendu le 12 décembre. Si les juges suivaient les réquisitions de la procureure, ce serait à l'évidence un véritable séisme pour la droite yvelinoise. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

Publié dans Procès Bédier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aiglon 27/10/2006 20:18

S'ils sont condamnés, ils peuvent faire appel je suppose. Ca peut traîner encore longtemps cette affaire, en tout cas au moins après les élections. C'est une situation incroyable en effet.

Adma 27/10/2006 12:18

Comme quoi, y a une justice quand même ! Même s'il faut rester vigilant avec les politiques toujours tentés de réformer la loi à leur avantage (en tous cas, à droite). Comme le disait Montesquieu : "C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser.". D'où la nécessité d'institutions garantissant l'indépendance de la Justice...A quand une 6e République supprimant l'irresponsabilité pénale du chef de l'Etat ?

AIT Eddie 27/10/2006 11:38


Jacques MASDEU ARUS, un « Député sous influences » ? Eddie AIT exige des explications !


Jacques MASDEU ARUS, Député UMP de la 12ème circonscription des Yvelines, Maire de Poissy, figure parmi les parlementaires cités dans l’ouvrage « Députés sous influences » (Ed Fayard - 2006), écrit par les journalistes Vincent NOUZILLE et Hélène CONSTANTY.
 
L’ouvrage enquête sur le rôle des lobbys au sein de l’Assemblée Nationale. Les journalistes y précisent qu’une partie non négligeable des députés font l’objet de toutes les attentions des groupes industriels ou d’associations diverses.
 
Jacques MASDEU ARUS est présenté dans l’ouvrage, pas ses auteurs, comme étant un « Député sous influences » (d’autres Députés des Yvelines sont également cités).
 
Eddie AIT, Conseiller Régional d’Ile-de-France (PRG), élu de la 12ème circonscription,  demande à Jacques MASDEU ARUS, Président (jusqu’en 1993) de la Commission d’enquête parlementaire « Situation actuelle et perspectives de l’industrie automobile française » et actuel Co-président du Groupe d’études parlementaire « Automobile », et Maire de Poissy, commune sur laquelle se trouve un site majeur de la société PSA, de bien vouloir s’expliquer sur sa présence dans cet ouvrage et de préciser quels sont ses liens (si des liens existent) avec l’industrie automobile.   
 
Eddie AIT précise : « Le lobby existe dans toutes les démocraties. Ce n’est pas illégal, mais attention aux abus. Que les lobbys fournissent de la matière pour nourrir la réflexion des élus, pas de problèmes, mais que cela puisse influencer des lois pour protéger des intérêts particuliers, ce n’est pas normal. L’acharnement du Député Maire de Poissy à défendre le bouclage de la francilienne présentée comme plus que nécessaire au développement de l’industrie automobile (à travers le tracé Rouge puis Vert) est une illustration possible de cette ambiguïté permanente. L’absence de règles claires peut favoriser des dérives. »
 
L’élu régional apporte son soutien à la demande exprimée notamment par Eric HALPHEN (juge en disponibilité) de création d’une commission d’enquête parlementaire à la suite de la publication de l’ouvrage « Députés sous influences ».