Pierre Morange, député UMP des Yvelines, condamné aux prud'hommes !

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le Parisien l'annonce dans son édition du 24 novembre : le député UMP de la 6e circonscription Pierre Morange, également maire de Chambourcy, a été condamné hier par les prud'hommes de Saint-Germain-en-Laye pour le licenciement abusif de son ancienne assistante parlementaire... Armelle Péricard, fille de Catherine Péricard, l'actuelle conseillère générale UMP du canton de Saint-Germain sud (dont Chambourcy fait partie...).

Nous savions qu'ils étaient tous les deux en conflit,  les prud'hommes vient de reconnaître que le licenciement d'Armelle Péricard par le député-maire avait été pour le moins cavalier... Pierre Morange a été condamné à verser près de 20 000 euros à son ancienne salariée.

La rupture est désormais complète entre Pierre Morange et la famille Péricard, autrefois très proches puisque Catherine Péricard est aussi la suppléante de Pierre Morange à l'Assemblée nationale... Et comme cette dernière a également une opinion bien tranchée sur le maire de Saint-Germain (nous en avions parlé ici), la Droite locale n'a pas fini de s'entredéchirer...

Voici l'article du Parisien du 24 novembre :

Chambourcy

Le Député-Maire condamné aux prud'hommes

Pierre Morange, le député-maire UMP de Chambourcy, a été condamné hier pour licenciement abusif par le tribunal des prud'hommes de Saint-Germain-en-Laye. L'élu était poursuivi par son ancienne assistante parlementaire, Armelle Péricard. Celle-ci avait été licenciée au printemps 2005 pour faute grave, en l'occurence "rupture des clauses de fidélité, de confidentialité et de loyauté". Le maire est condamné à verser à son ex-salariée près de 20 000 euros.

Au coeur de cette bataille judiciaire, il y a la famille Péricard. Armelle est la fille de l'ancien maire de Saint-Germain, Michel Péricard, et elle est également la soeur d'Arnaud Péricard qui, lui, aurait des amibitions politiques sur le secteur. "Elle travaillait pour son frère et l'a conseillé pendant un an et demi. Et cela, pendant son travail avec Pierre Morange" explique-t-on dans l'entourage du député pour justifier le licenciement.

"Elle ne comptait pas ses heures. Elle a tout donné pour lui. Il a voulu s'affirmer en tant qu'homme politique. En la licenciant, il a voulu dire à tout le monde : En politique, et sur mon secteur, on ne fait rien sans mon avis", rétorque un proche de la jeune femme.

Cette dernière confie aujurd'hui être "ravie, soulagée". Mais, bizarrement, c'est aussi l'avis de... Pierre Morange qui, bien que condamné, se satisfait du jugement : "Elle avait demandé seize mois de salaire. Elle n'en a eu que quatre. Je ne ferai pas appel." "Il a beau jeu de lancer cet argument, sourit ce proche d'Armelle Péricard. Aux prud'hommes, on demande toujours plus pour espérer avoir un peu."

Medhi Gherdane

Publié dans Politique locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olivier 14/06/2009 14:53

emploi fictif : un député mis en cause par son épouse. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090614.OBS0489/emploi_fictif__un_depute_ump_mis_en_cause_par_sa_femme.html