A Saint-Germain-en-Laye : automobile ou environnement ?

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Volupté géocide ou Vertu géophile ?

  Le jeune Héraklès se trouva un jour à l'embranchement de deux chemins : d'un côté Volupté, une femme suave, le tentait en lui promettant une vie de plaisir et d'oisiveté ; de l'autre Vertu lui conseillait travail et courage.

En 2006, nous avons vu le maire UMP de Saint-Germain choisir lui aussi entre la volupté du tout automobile et la vertu d'une politique respectueuse de l'environnement. Cette fois, Volupté l'a emporté sur tous les dossiers, malgré les solutions alternatives que nous avons suggérées :  

  • - Deux fois plus de voitures Place du Marché avec le nouveau parking. A notre avis ce parking aurait dû être situé en bordure de centre ville, par exemple à la piscine.
  • - Moins d'usagers du RER dès l'ouverture de l'échangeur avec l'A14 vers Paris. Il faut améliorer le service du RER (confort, horaires de nuit, accès piéton et cycliste), pas lui donner la voiture comme alternative.
  • - Nouveau rond-point sur la N13 afin d'augmenter le trafic automobile vers l'ouest. Nous avions défendu une voie en site propre pour les bus et vélos entre Saint-Germain et Chambourcy (comme depuis Poissy).
  • - Mobilisation en faveur de l'A104. Cette autoroute n'est pas nécessaire. A la place il faut développer un transport collectif ferroviaire entre Cergy, Saint-Germain et Versailles. La solution existe : c'est la ligne grande ceinture, 20 fois moins chère que l'A104, non polluante et pratiquement sans riverains !  

Sur chacun de ces dossiers le maire de Saint-Germain a choisi la solution anti-environnementale. Il se défend bien sûr d'agir contre l'environnement, mais quand les paroles sont à ce point démenties par les actes, qui peut encore croire en leur sincérité ? La « vérité qui dérange », c'est que la survie de la Terre dépend de nos changements de comportement à tous les niveaux : individus, maires, présidents de régions et gouvernements. Comme le dit Al Gore : « Nous avons tout ce qu'il faut pour stopper le réchauffement climatique, sauf la volonté politique ».

Combien de villes comme la Nouvelle-Orléans faudra-t-il que le réchauffement climatique engloutisse pour que le maire de Saint-Germain prenne enfin la mesure du défi auquel nous faisons face et l'urgence d'agir pour réduire notre production de CO2 ?  

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Commenter cet article