Commentaires sur le budget 2007 de la ville de Saint-Germain

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le budget d'une collectivité territoriale comme Saint-Germain-en-Laye en 2007, d'un total de 74 millions d'euros, c'est à la fois un budget de fonctionnement (53,4 millions) et un budget d'investissement (20,6 millions). Arrêtons-nous tout d'abord sur le budget de fonctionnement. Il est au coeur de l'activité de la ville et des services offerts aux usagers. L'objectif n'est pas de considérer le budget de fonctionnement comme une contrainte, dont la priorité serait à tout prix de limiter au maximum les dépenses. Le budget de fonctionnement doit refléter clairement les engagements volontaires déterminés par une majorité municipale.

Que dit et que reflète le budget de fonctionnement de la Ville de Saint-Germain ? :
Clairement, que l'on contraint et maintient artificiellement l'effectif des personnels communaux ;
Que l'on refuse de financer des dépenses, soit par l'impôt, soit par l'emprunt et que l'on accepte que ce financement se fasse par les usagers eux-mêmes ;
Que les actions pour des populations les plus fragiles, ceux qui ont besoin d'un soutien de la collectivité, sont mal ou pas assez prises en compte.
Que les soutiens pour un développement du tissu associatif sont insuffisants.

Les chiffres le prouvent : 

Première remarque :

Les charges de personnel représentent à Saint-Germain 46 % du total des charges contre une moyenne générale de 51 % pour les villes de 20 000 à 50 000 habitants, d'après les statistiques du Ministère de l'Intérieur.

Il n'y a pas de miracle provenant d'une gestion exceptionnelle du personnel municipal de Saint-Germain-en-Laye. C'est tout simplement le résultat d'une politique qui limite l'effectif municipal. A cause de cette politique, la Ville n'est plus en mesure de faire face correctement à certains besoins de la population qui est en augmentation à Saint-Germain. Cette politique doit être entièrement revue.

Par ailleurs, sur les personnels communaux, notons le poids important des non-contractuels qui représente 26 % des dépenses de rémunération. Cela veut dire qu'un fonctionnaire sur quatre est non titulaire, c'est beaucoup trop.

Deuxième remarque :

Sur les impôts locaux : Saint-Germain se situe, par habitant, en moyenne à 30 % au-dessous de la moyenne des villes de 20 000 à 50 000 habitants.  Les produits de nos impôts (taxe d'habitation, taxe professionnelle, foncier bâti, foncier non bâti) nous situent à un niveau qui semble très favorable pour chacun de nos concitoyens.

L'encours de la dette, qui est aussi un des éléments de gestion de la Ville, est lui aussi de 30 % en-dessous de la moyenne de l'échantillon.

Par contre, les produits de service, c'est-à-dire entre autres les tarifs municipaux (cantines, bibliothèque, etc...), représentent près de 15 % des recettes contre une moyenne des autres villes à 9,73 %. Nous avons donc là une politique d'affichage, qui n'est pas toujours lisible par nos concitoyens, où l'on présente un refus d'augmentation des impôts mais par derrière, on augmente systématiquement chaque année le coût des services des usagers.

Cette politique entraîne un budget de fonctionnement qui est contraint et implique en 2007 des choix, par exemple :

                  o fournitures d'entretien : - 10 % 

o prestations de service entretien voirie : - 3 % 

o entretien voies et réseaux : - 5 % 

o achat pour bibliothèque et livres, disques, cassettes : - 3 %

Troisième remarque :

Comment accepter que la subvention du Centre Communal d'Actions Sociales (CCAS) stagne face à des demandes en termes de solidarité toujours plus importantes ?

Comment accepter que le service de soins infirmiers à domicile n'évolue pas d'année en année ? Ce service de soins infirmiers à domicile coûte moins de 300 000 euros financés par le Département, mais tel qu'il est constitué, il ne permet de prendre en charge qu'entre 25 et 30 personnes résidant à Saint-Germain-en-Laye ! Honnêtement, qui peut dire que c'est suffisant, que c'est le bon dimensionnement pour une population de plus de 60 ans à Saint-Germain de 7 500 personnes ? Dans une politique globale de solidarité, ce service devrait au moins doubler.
Ce sont deux exemples parmi tant d'autres qui illustrent l'effort nécessaire à faire sur notre ville et que le budget ne peut ou ne veut pas regarder (on pourrait parler aussi du coût du service des cantines, du coût de location des salles pour les associations, etc) .

En matière d'investissement, les élus de la Gauche ont indiqué leur accord sur un certain nombre d'investissements sportifs et culturels, comme le terrain de football synthétique de la Colline (qu'ils réclamaient depuis des années), sur les travaux d'extension du COSOM et la salle des Amitiés de la Clef et les aménagements du projet de l'école des Ecuyers.

Ils ont rappelé que d'autres investissements auraient dû être prévus en 2007 pour la création de crèches supplémentaires, tant les besoins sont criants et non résolus à Saint-Germain (liste d'attente de 200 demandes). Il n'y a pas non plus dans le budget des financements à créer sur l'aide aux logements, particulièrement pour les jeunes ménages de Saint-Germain.

Globalement, ce budget 2007 ne répond pas et ne fait pas face aux demandes et aux attentes des Saint-Germanoises et des Saint-Germanois. C'est la raison pour laquelle les conseillers municipaux de Gauche de Saint-Germain ont voté contre ce budget.

Pascal Lévêque

Publié dans Conseil municipal

Commenter cet article

arnaud 06/03/2007 13:17

ALLER RAPIDEMENT SUR LE SITE WWW.VOTEZ2007.COM POUR FAIRE GAGNER SEGOLENE ROYAL!!!

arnaud 06/03/2007 13:17

J'ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net alors venez le voir et dite ce que vous en penser dans les commentaires pour que je l'ameliore, merci d'avance!!!!