Clash à l'hôpital de Poissy/Saint-Germain

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Rebondissement dans la gestion politique de l'Hôpital de Poissy/Saint-Germain. Le député-maire UMP de Poissy a été battu lors d'un vote pour renouveler son mandat de président du conseil d'administration au profit d'Emmanuel Lamy, maire UMP de Saint-Germain-en-Laye.
Les relations entre les deux hommes ne risquent pas de se détendre...

Clash à l'hôpital
Coup de tonnerre au conseil d'administration du centre hospitalier de Poissy/Saint-Germain. [Le 21 mai], Jacques Masdeu-Arus, le député-maire UMP de Poissy, a été écarté de la présidence au profit d'Emmanuel lamy, le maire de Saint-Germain-en-Laye, UMP également. Cette situation peut modifier la donne, d'autant qu'elle intervient à une période cruciale puisqu'une réorganisation des deux établissements est en cours.
Sept des treize membres du conseil d'administration ont accordé leur confiance à Emmanuel Lamy et les autres ont voté pour Jacques Masdeu-Arus, qui était aux commandes depuis 2004. "C'est logique. Parmi les votants, les représentants de Saint-Germain sont les plus nombreux" commente ce dernier, sans s'étendre sur le sujet. Si, après la fusion des deux hôpitaux survenue en 1996, les deux maires assuraient la présidence en alternance pour une durée de trois ans, depuis 2005, à la suite d'une disposition du Code de la santé publique, l'alternance n'existe plus et l'élection de déroule à bulletin secret.
Pour Jacques Masdeu-Arus, qui portait le projet de refonte, il s'agit donc d'un coup d'arrêt. Le dossier comprend la construction d'un nouvel hôpital à la place des immeubles de la cité de la Coudraie [à Poissy] ainsi qu'un transfert
de plusieurs services, notamment la cardiologie et la pédiatrie, de Saint-Germain vers Poissy.
Même si le dossier était fortement contesté, rien ne semblait arrêter le député-maire de Poissy. Son projet avait déclenché une levée de boucliers parmi des médecins de Saint-Germain qui s'opposent au démantèlement de certaines activités. Par ailleurs, des locataires du quartier sensible à la place duquel devrait être construit l'hôpital refusaient également de partir.
Désormais l'application de la réorganisation des deux centres hospitaliers change de main. Hier, après son élection, Emmanuel Lamy, le nouvel homme fort, a écarté l'idée d'un coup politique pour reprendre le dossier : "Ce n'est pas un sujet polémique, le changement de président ne remet pas en cause le projet" précise-t-il. Il annonce sans détour qu'il est "favorable à la construction du futur hôpital de Poissy" et il entend "poursuivre la modernisation de celui de Saint-Germain". Selon lui, les établissements doivent être "complémentaires et le partage doit être équitable". Quant au transfert des services, tout semble encore possible. Il espère "pouvoir les garder dans sa ville". [...]
Yves Fossey (Le Parisien 22 mai 2007)
Affaire à suivre...

Sur le dossier de l'hôpital, lire nos précédents articles :
Lettre ouverte au directeur de l'hôpital de Poissy/Saint-Germain
Hôpital de Saint-Germain : la cardiologie et la pédiatrie menacée
Hôpital de Saint-Germain : l'hémorragie continue
La vérité sur les cliniques à Saint-Germain
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article