Ambiance délétère à Chambourcy

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

La situation du député UMP sortant Pierre Morange ne s'arrange pas à Chambourcy. Depuis des mois un climat délétère règne dans cette commune.
Nous avions relaté comment la majorité municipale de Chambourcy avait implosé lors du conseil municipal du 19 mars. Pierre Morange n'avait sauvé sa majorité que de justesse (14 voix contre 12).
Des tracts circulent dans chaque camp (en voici un exemple récent), des rumeurs sont lancées, des accusations graves sont formulées. Des plaintes réciproques entre le maire et son ex premier adjoint ont été déposées au tribunal pour des détournements de fonds publics présumés et des faux en écriture.
Tout cela se passe alors que l'on ignore toujours qui a assassiné sauvagement le 21 mars de 18 coups de couteaux le chef de la police municipale de Chambourcy, également militant UMP et qui semblait en savoir beaucoup sur les affaires municipales.
Les articles se multiplient sur cette affaire au « venimeux contexte » * et désormais « la piste politique est privilégiée» **. L'assassinat est en effet intervenu 2 jours après le conseil municipal particulièrement houleux et les enquêteurs y voient beaucoup plus qu'une coïncidence. Le directeur de la police judiciaire de Versailles estime que « la préméditation ne fait aucun doute »** et certaines sources proches du dossier jugent qu' « il s'agit très probablement d'un assassinat commandité ». **
Beaucoup de langues se délient et le moins que l'on puisse dire est que l'ambiance est devenue étouffante à Chambourcy et les révélations pleuvent sur les pratiques du député-maire. Ainsi, selon Marianne, « l'épouse de Pierre Morange a obtenu, de son mari un poste d'assistante parlementaire. Or Mme Morange exerce déjà la profession d'infirmière. Mais des tensions d'ordre privé ont divisé les époux Morange »**. Mme Morange a alors « envoyé une lettre au procureur pour dénoncer l'emploi fictif dont elle dit avoir bénéficié »***. « Pour lui, cette pratique était courante et normale. En mai 2006, il m'a licenciée. La campagne approchant, il lui fallait être irréprochable... » écrit-elle. ***
Les titres de la presse nationale sont éloquents : « Meurtre sur fond de magouilles à Chambourcy » (VSD 2 mai) ; « Crime de Chambourcy : la piste politique explorée » (Le Figaro 5 mai) ; « Dallas-en-Yvelines » (Marianne 9 mai).

 

Espérons que la police judiciaire et la justice trouveront vite le ou les auteurs de ce sauvage assassinat afin que le « marigot nauséabond » dont parle Le Figaro s'assainisse.
La commune de Chambourcy et plus généralement notre circonscription (Pierre Morange est candidat à sa réélection à l'Assemblée nationale les 10 et 17 juin) en ont bien besoin...

 


 

* Le Figaro du 5 mai 2007

 

** Marianne du 9 mai 2007

 

*** VSD du 2 mai 2007

 


 

A lire aussi :

 

Pierre Morange condamné aux prud'hommes ! (il avait - là aussi - sèchement licencié son attachée parlementaire Armelle Péricard, fille de sa suppléante...)
La majorité municipale de Chambourcy implose
L'actualité de la campagne législative dans notre circonscription

Publié dans Chez nos voisins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Mercier 05/06/2007 10:26

http://www.argus-parlementaire.net/fiche/pierre-morange/