En 2009, une clinique privée dans l'hôpital de Saint-Germain

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

La nouvelle clinique privée, fruit de la fusion entre les cliniques Marie-Thérèse et Louis XIV, est en construction pour une durée de 18 mois sur le site de l'hôpital de Saint-Germain. Un projet dont nous avons souvent parlé sur ce blog et dont nous voulons soulever un certain nombre de points importants.

Le plan hôpital 2007 en France est un échec ; plus de la moitié des hôpitaux connaît le déficit. La chirurgie publique recule année après année et avec elle, le rôle d'excellence de l'hôpital public. L'inégalité d'accès aux soins s'accentue ; cette inégalité est à la fois sociale et territoriale. Enfin, les dépassements d'honoraires, voire les refus de soins, se multiplient.

Dans ce contexte, les socialistes de Saint-Germain désapprouvent l'installation des cliniques privées Louis XIV et Marie-Thérèse au sein de l'hôpital public de Saint-Germain-en-Laye. Nous estimons que l'avenir du service public hospitalier ne passe pas exclusivement par la mise en place de coopération Public/Privé. Il y a d'autres solutions pour maintenir un secteur public hospitalier fort.

Le principe de réalité étant ce qu'il est, à savoir que la construction a commencé, les socialistes de Saint-Germain appellent à la vigilance sur cinq points particuliers:

1) Les cliniques utiliseront-elles les plateaux techniques de l'hôpital public et sous quelles conditions ?

2) Les médecins du privé participeront-ils aux gardes du service public ?

3) Quels tarifs proposeront les cliniques privées, particulièrement la maternité ? Pour la maternité, le tarif sera-t-il identique au public ?

4) Quels seront les délais observables dans cet ensemble hôpital et cliniques ?  Autrement dit, ne va-t-on pas proposer des rendez-vous dans les deux mois à l'hôpital public de Saint-Germain et sous huitaine dans les cliniques ?

5) Enfin, quelle sera la politique menée en matière de dépassement d'honoraires ? Il ne s'agit pas de stigmatiser les praticiens à double statut (public/privé) mais en discutant avec la population, nous avons eu de nombreux témoignages de situations où des praticiens ont proposé des rendez-vous différents, évidemment plus rapides dans le privé et où la double casquette public/privé est mal identifiée par le patient.

En tant que socialistes, il est de notre responsabilité de nous interroger si ce type de coopération public/privé n'encourage pas un système de santé à plusieurs vitesses et donc, une véritable inégalité devant les soins. La carte bleue ne doit pas remplacer la carte vitale.

Nos précédents articles sur l'hôpital de Saint-Germain :
Clash à l'hôpital
Lettre ouverte au directeur de l'hôpital de Poissy/Saint-Germain
Hôpital de Saint-Germain : la cardiologie et la pédiatrie menacée
Hôpital de Saint-Germain : l'hémorragie continue
La vérité sur les cliniques à Saint-Germain

Commenter cet article

Stephane 22/06/2007 13:38

Sous prétexte que nous sommes dans le domaine de la santé, on fait n'importe quoi! Construire les cliniques privées au sein de l'Hôpital public est une provocation!
Pourquoi pas demain dans une école publique y adjoindre des classes privées...qui utiliseraient leur terrain de sports!
On dira encore quel'Hôpital perd de l'argent alors que les cliniques ne vont faire que des activités rentables ( Chirurgie et Maternité).
Continuer à dénoncer et à être vigilant. Merci