Bande cyclable rue des Bûcherons : les cyclistes sont en danger

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Au conseil municipal du 17 décembre 2010 nous avons posé une question au sujet des aménagements cyclables. En effet, depuis 2008 nous attirons l'attention des élus majoritaires sur le respect des normes de sécurités des aménagements cyclables, notamment lorsque des cyclistes ne sont séparés des autres véhicules que par une bande de peinture. Cet aménagement est appelé "bande cyclable" dans la nomenclature technique, qu'il faut bien distinguer des "pistes cyclables", qui sont elles en site propre, donc moins risquées.

Notre diagnostic de début de mandat avait montré que les bandes cyclables peintes dans la ville avant 2008 avaient toutes été mal exécutées : en particulier leur largeur était systématiquement inférieure à la norme définie par le Certu, centre d'études national. La largeur standard est de 1,50 mètre, afin de permettre aux automobilistes de respecter la distance de sécurité de 1 mètre fixée par le code de la route. Une tolérance existe qui permet de réduire la largeur à cause d'obstacles "ponctuels". Ces normes définies par le Certu ne sont pas contraignantes comme des lois, mais elles fixent les bonnes pratiques. Elles sont connues de tous les aménageurs urbains.

Depuis 2008, au conseil municipal comme dans le Comité vélo, nous défendons la pratique du vélo, mais en toute sécurité. Faire des aménagements cyclables et inciter les Saint-Germanois à utiliser plus ce moyen de transport, c'est bien, mais la sécurité des usagers doit primer sur la communication en faveur de l'environnement.

Sur plusieurs projets, nos appels au respect des normes ont été entendus. Les pistes cyclables bi-directionnelles réalisées en 2009 et 2010 ont une largeur de 2,50 m, comme recommandé par le Certu. Parmi les bandes cyclables repeintes cette année, l'une est aux normes (rue d'Ourches, voir notre Rue_des_Bucherons_avant_travaux_Sep-2010.jpgarticle), l'autre non.

 Quant à la bande cyclable de la rue des Bûcherons, la voici décrite en trois photos :

* Avant la pose du nouveau revêtement, début septembre 2010, une mesure semblait indiquer une largeur de 1,20 m, au lieu de la largeur précédente de 0,90 m (photo 1).

Rue_des_Bucherons_fin-Sep-2010-1.jpg

 

* Après la pose de l'asphalte et la nouvelle peinture, la largeur est de 1,10 m (photo 2).


* Quelques mois plus tard l'état général de ces travaux est très dégradé. Il faudra

Rue des Bûcherons 15-Jan-2011 bien revenir sur cette infrastructure (photo 3).

 

C'est pourquoi nous avons posé au conseil municipal de décembre une question sur cette bande qui, selon nous, n'a pas été réalisée correctement.

L'enregistrement a légèrement tronqué la première phrase. Ainsi il faut lire initialement : "Au conseil municipal du 11 février 2010 vous déclariez à propos du réseau vélo VideoCMvelo122010.jpget des normes de sécurité  «Nous souhaitons que, comme vous, le réseau soit le plus efficace possible et le plus sûr possible... »".

Pour visionner la vidéo, cliquez sur l'image ou sur ce lien.

Dans sa réponse, le maire de Saint-Germain commet deux erreurs et fait un choix important.

La première erreur, c'est de déclarer "Le Certu [...] n'a aucune mission normative", alors que le décret fondateur du Certu, mise en avant sur le site du Certu, définit ainsi sa mission : "Dans son champ d’activités, il contribue à l’élaboration de la normalisation et de la réglementation technique ainsi qu’à la mise en œuvre des autres actions de l’État". Le Certu a donc clairement vocation à définir des normes. Une simple consultation de quelques recommandations confirme le caractère normatif de ses publications. Soulignons que cet établissement est sous la tutelle de l'Etat : nous n'utilisons pas ici une référence associative engagée à Gauche.

Ensuite, M. Lamy considère qu'il n'est pas possible de rogner les trottoirs pour élargir la bande cyclable. Pourtant la largeur des trottoirs est de 1,90 à 2,40 m d'un côté et 1,70 m de l'autre, à comparer avec des recommandations de 1,40 m. Il y a donc bien la place de faire cohabiter sans difficultés voitures, vélos et piétons.

Or, il y a au moins deux solutions pour réduire les risques dans cette voie:

- Une première solution consiste à supprimer la bande cyclable. De cette manière les automobilistes ne pourront plus doubler les cyclistes. Ce n'est pas gênant vu la longueur très réduite de cette voie, seulement 140 m. Cette solution a un coût très faible et des conséquences minimes pour les riverains et les autres usagers.

- Si le maire tient à maintenir la voie cyclable, il suffit de rogner 40 cm au trottoir qui est le long de la voie, qui resterait plus large que 1,40 m (il aurait même 2 m de large sur la moitié de la voie). Cette solution présente cependant un coût un peu plus élevé.

Le maire de Saint-Germain avait donc deux solutions acceptables pour résoudre le problème que nous lui soumettions. Il les a écartées et a choisi d'ignorer le risque identifié en 2008, rappelé en février 2010 et à nouveau signalé par cette question. Autant nous comprenons qu'un maire ne puisse pas du jour au lendemain mettre toutes les infrastructures aux normes, autant nous n'acceptons pas que l'on ne respecte pas les normes pour les travaux nouveaux, quand leur importance a été bien rappelée par des élus, et qu'un accident récent rappelle que le risque n'est pas un concept théorique.

 

Par cette décision mûrement réfléchie qui fait suite à nos mises en garde répétées et argumentées, le maire de Saint-Germain met en danger la vie des usagers. En cas d'accident la victime ne pourrait-elle pas considérer que le maire "n'a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait", pour reprendre les termes de l'article 121-3 du code pénal ?

 

Précedemment sur notre blog :

Saint-Germain à vélo (1) : Attention, bandes cyclables dangereuses (09/2008) 

Saint-Germain à vélo (2) : le stationnement (11/2008) 

Saint-Germain à vélo (3) : les liaisons intercommunales (08/2009)
Saint-Germain à vélo (4) : la desserte des collèges et des lycées (08/2009)

Projets de pistes cyclables à Saint-Germain : encore des progrès à faire (03/2010)

L'accident du 22 juin 2010 (07/2010)

Notre dossier Vélo

Publié dans Vélo

Commenter cet article