Bolloré promeut les jeux en ligne dans Direct Matin sans mentionner son intérêt

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

jpg_Laporte-pari-en-ligne-649a9.jpgLu dans Direct Matin du mercredi 9 juin : une pleine page de présentation très orientée des jeux en ligne désormais légalisés (téléchargez l'article, pdf 97ko).

Le ton est donné dès le titre : "Miser sans se tromper" et les premiers mots : "Trois, deux, un, pariez !"

Suit une description enchanteresse : "Et il y a fort à parier que le lancement en grande pompe de ces offres 100 % légales va titiller les joueurs, à deux jours de l’ouverture de la Coupe du monde. Pour ceux qui hésitent encore, ..."

Puis vient le mode d'emploi en trois temps :

1. S’inscrire : repérer les sites et les bonus

2. Parier : attention aux cotes et aux montants

3. Gagner : qui décroche le vrai jackpot ?

Pourtant la récente loi n'a pas fait l'unanimité, même à Droite : 21 députés UMP se sont abstenus ou n'ont pas pris part au vote (comme Lionel Tardy). Même parmi les 299 députés UMP qui ont voté ce texte, on note des réserves sur les modalités d'application trop favorables aux opérateurs, comme par exemple celles exprimées par Jacques Myard, député des Yvelines, qui a déclaré au Point "on marche sur la tête en copiant Hadopi".

Par exemple, voici trois sujets sur lesquels les députés ont débattu :

- L'addiction : Elle n'est mentionnée au détour d'une phrase que pour se plaindre à demi mot de la taxe perçue par l'État

- Les risques pour les mineurs : Pas un mot dans l'article

- La régularisation de fait des plus gros intervenants illégaux : Pas un mot non plus

 

Ces 'oublis' sont clairs : Direct Matin appartient à M. Bolloré. Celui-ci a investi dans le Poker en ligne et fait partie des amis du Président de la République que la nouvelle loi a favorisés.

M. Bolloré est avisé : il a investi dans une presse peu rentable pour l'orienter, il a invité un président sur son yacht pour en obtenir des faveurs.

Tout est lié et dicte la rédaction de votre journal 'gratuit'. Ne vous laissez pas abuser.

 

Dessin : Bakchich Info

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article

Robin 19/06/2010 20:57



En résumé : jouer plus pour gagner plus.


Plus sérieusement, si on comprend bien, la seule vraie justification de cette loi c'est qu'on ne peut pas interdire les jeux en ligne, donc il vaut mieux en réguler le fonctionnement.


Si les gros bonnets n'étaient pas tous de la bande du Fouquet's, on pourrait comprendre le raisonnement et l'accepter par pragmatisme.


Mais alors, puisqu'on est sur le terrain des addictions impossible à interdire, pourquoi on n'encadre pas la vente de cannabis ? Ce business-là non plus on n'arrive pas à le contrôler.


En plus l'Etat a un déficit de 400 M€ par jour. Elargir le taxe sur le tabac au cannabis, ça permettrait de réduire le déficit. Et accessoirement ça donnerait moins d'argent au gangs de banlieue.


Pourquoi le gouvernement cède-t-il sur les jeux en ligne et pas sur le cannabis ?