Cet air que nous respirons : la pollution de l’air à Saint-Germain-en-Laye

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Quel air respirons-nous à Saint-Germain ? Qu’en est-il concrètement pour un habitant qui circule au quotidien dans nos rues, pour se déplacer vers son travail ou faire ses achats ?

L’expérience suivante illustre notre exposition quotidienne aux pollutions atmosphériques.

Un Saint-Germanois du quartier Alsace-Péreire qui se déplace souvent à vélo en ville a utilisé un masque avec, courant mars, un filtre neuf :

1_Masque-propre-mars-2014_vignette.jpg

Quatre mois plus tard, voici la comparaison entre le filtre usagé et un nouveau filtre propre :

2_Comparaison-cote-interieur_vignette.jpg

Le côté extérieur du masque porte également des traces de l’absorption de particules :

3_Comparaison-cote-exterieur_vignette.jpg

Voilà en quelques mois ce que donnent une circulation très modérée en ville (1,2 km matin et soir) plus quelques déplacements, surtout le week-end.

Au-delà de cet exemple, que savons-nous de la pollution de l’air ?

4 Airparif station StG carteContrairement à la propreté de l’eau et aux nuisances sonores, nous avons peu d’informations sur l’air que nous respirons. Cette question n’a pas été à l’ordre du jour du conseil municipal depuis février 2005.

Même si une station de relevé est présente à Saint-Germain (rue Albert Priolet), elle n’est pas utilisée en permanence. Les stations permanentes de relevés sont assez lointaines : Garches pour l’ozone (O3), Versailles pour le dioxine d’azote (NO2) et Nanterre pour les particules PM10.

 

Les relevés d’Airparif pour la station de Saint-Germain montre une donnée par an : la moyenne annuelle NO2, qui est de 72 µg/m3, alors que la directive européenne 2008/50/CE fixe une valeur limite pour la moyenne annuelle à 40 µg/m3 (source : http://www.airparif.asso.fr/reglementation/normes-europeennes).

Ce niveau d’exposition est loin d’être en baisse, les variations depuis 2007 sont les suivantes, comparées à la station de Versailles, qui se trouve dans une rue à proximité de la mairie, qui n’a qu’une voie de circulation automobile :

5_Comparaison_Versailles-StG_NO2_2007-2013.png

(sources : Airparif, www.airparif.asso.fr)

Cette différence entre Saint-Germain et Versailles s’explique principalement par le trafic routier, élevé rue Albert Priolet. En effet le trafic routier est à l’origine de 55% de ce polluant :

6_Airparif_Sources_NOx.png

(sources : Airparif, www.airparif.asso.fr)

Plus globalement, le site d’Airparif estime la pollution par commune et on voit le tableau suivant pour Saint-Germain sur l’année 2013 :

7_AirParif_StG_2013.png

(source : Airparif, www.airparif.asso.fr)

Nous avons donc eu 85 jours de pollution moyenne et 19 jours de pollution élevée en 2013.

Chacun peut se faire une idée approximative de la pollution due au trafic routier dans sa rue en consultant la carte des nuisances sonores, présentée en conseil municipal le 8 avril 2010 :

8_Carte_StG_Bruit_Nuisance-sonores_vignette.png

Devons-nous continuer à subir la pollution atmosphérique sans réagir ?

Ne devrait-on pas s’interroger plus sur l’air que nous respirons ?

Nous suggérons deux actions :

Diagnostic : Interroger nos élu-e-s sur le niveau de pollution de l’air. Combien de Saint-Germanois vivent dans des rues qui sont au-dessus de la norme européenne (pas seulement pour les NO2) ?

Plan d’action : A partir de ce diagnostic, comment réduire la pollution dans les rues les plus au-dessus de la norme ? Le trafic routier est principalement concerné, mais ce n’est pas le seul facteur.

Les problèmes de pollution de l’air ne sont probablement pas limités à la rue Albert Priolet et – pour des raisons différentes – aux abords de la blanchisserie (voir notre dernier article sur ce thème). Il est temps de cesser d’ignorer ce problème, alors que l’on sait à l’échelle de la France qu’il touche un grand nombre de personnes : 1400 décès prématurés dans Paris et la petite couronne, soit un abaissement moyen de l’espérance de vie de 6 mois rien que pour les particules fines, auxquels il faut ajouter des maladies chroniques, telles que bronchites, rhinites et asthme.

Publié dans Environnement

Commenter cet article

Le webmestre 19/07/2014 18:25



A propos de ces données de pollution, nous les avons également découvertes à l'occasion de la rédaction de cet article et elles n'ont pas été mentionnées en
conseil municipal, du moins depuis 2001. Pour les obtenir, nous en avons simplement fait la demande à Airparif sur leur site, à ce lien : http://www.airparif.asso.fr/telechargement/telechargement-station


Les données sont mises à disposition dès le lendemain, à la condition qu'il n'en soit pas fait d'usage commercial. Pour la station de Saint-Germain les données ne
remontent pas avant 2007 (toutes les données disponibles sont dans l'article).



Nous avons obtenu les données de la station de Versailles de la même manière, mais ces données sont beaucoup plus riches, puisqu'elles sont mesurées en
continu.


Pour obtenir la carte, n'hésitez pas à la demander à la mairie.

riverain proche de la rue Priolet 19/07/2014 15:55


Je n'habite pas loin de la rue Albert Priolet et n'avais jamais entendu parler de ces relevés de pollution de l'air. Comment les avez-vous obtenus ?


Idem pour la carte du bruit : j'aimerais mieux distinguer ma rue. Où puis-je trouver cette carte avec plus de précision ?