Intervention de Pascal Lévêque sur le budget primitif 2014 de Saint-Germain-en-Laye

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Parmi les dossiers à l'ordre du jour du conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye du 19 décembre dernier, il y avait le vote sur le budget primitif 2014 de la ville.

Vous pouvez visionner ci-dessous l'intervention de Pascal Lévêque, conseiller municipal PS, puis les (faibles) réponses d'Emmanuel Lamy, maire UMP de Saint-Germain-en-Laye. Une vidéo réalisée par notre équipe.
Les élus de gauche ont voté contre ce budget.

 

Vous pouvez aussi lire en intégralité le texte de l'intervention de Pascal Lévêque :


Monsieur Le Maire et mes Chers Collègues,

 

Il faut bien reconnaître que nous nous retrouvons ce soir quelques semaines seulement après notre débat d’orientation budgétaire du 14 novembre dernier.

Quelle que soit la qualité des documents présentés ce soir, nous les avions pour la très grande majorité déjà vus au précédent conseil. Ce court délai entre les deux événements n’est certainement pas le plus adapté.

Notre groupe ne souhaite pas paraphraser ou reformuler en détail ce que nous avons clairement déjà exposé en novembre dernier à savoir :

 

1) Nous ne partageons pas votre vision des demandes de l’Etat sur l’effort de rétablissement des comptes publics ainsi que votre vision de la péréquation qui pour nous traduit la notion de solidarité entre communes afin d’atténuer les disparités sur notre territoire français.

2) Nous avons signalé encore qu’une revalorisation de certains traitements d’agents de la catégorie C, décidée certes nationalement par l’Etat, nous semblait supportable pour le budget de la ville.

3) Nous avions attiré la vigilance extrême sur le financement d’investissements futurs basé sur des ventes d’actifs.

4) Nous avons rappelé notre position sur la fiscalité qui ne mérite pas de grande déclaration péremptoire de ne jamais y toucher et rappeler l’équité en matière de taxe d’habitation et taxe foncière.

5) Nous avons soulevé la possibilité de taxe incitative en matière de taxe d’enlèvement des ordures ménagères, tout en rappelant dans le bilan de la ville et de son endettement la nécessaire inclusion des dettes du SIDRU et de ses emprunts dans la lisibilité globale des comptes publics de la ville.

6) Nous avions une nouvelle fois indiqué notre opposition au développement de 14 caméras supplémentaires de vidéo-surveillance.

7) Nous avions aussi demandé un programme pluriannuel plus important dans les écoles élémentaires de Saint-Germain-en-Laye, tant sur les aménagements dans les écoles que les besoins en restauration scolaire et aménagements pour les activités extrascolaires.

8) Nous avons réclamé des économies dans la politique culturelle particulièrement au niveau de la programmation du théâtre Alexandre Dumas et une réorientation des économies en destination de moyens complémentaires sur notre réseau de bus, ou renforcer encore plus les circulations douces à travers la politique vélo.

Tout cela, nous l’avons largement exprimé et détaillé lors du dernier Conseil de novembre et expliqué logiquement notre opposition au budget de ce soir.

 

Alors ce soir, que souhaitons-nous en plus exprimer ?

Pourquoi une opposition comme notre Groupe Saint-Germain Solidaire vote contre le budget présenté ?

Simplement parce qu’il est soutenu par la majorité et systématiquement on devrait voter contre ? Certainement pas. Cela n’a jamais été notre état d’esprit. Nous le verrons tout à l’heure sur un autre dossier.

Ce soir, il est proposé le budget 2014. 2014 première année d’une nouvelle mandature de 6 ans. Les élections municipales sont des rendez-vous citoyens, ils sont l’occasion de débats, occasion de rencontres, occasion de dialogue, occasion de visions. Vous constaterez que je n’ai pas dit d’affrontements, Monsieur le Maire. En tous cas, si affrontements il y a, ce sera affrontements d’idées.

Monsieur le Maire vous avez positionné votre intervention sur un bilan de mandature complet, vous me permettrez d’y répondre.

Vous utilisez depuis quelques jours, Monsieur le Maire, le terme de « modèle Saint-Germanois ».. Mais il s’agit de votre vision, elle est tout à fait honorable, mais elle n’est pas unique, ce « modèle Saint-Germanois » que vous exprimez à travers le budget ne s’impose pas à tous, il n’est pas inné, il n’est pas le seul, je vais prendre pour répondre 5 exemples.

1) "Un modèle Saint-Germanois" avec de finances de la ville bien gérées ? Voire, à débattre tout du moins :

Avec un impôt inégalitaire entre locataires et propriétaires depuis des années dans la ville.

Avec un paiement des usagers assez fort pour les services de la ville. Ces seules recettes frisent, ces dernières années, près de 30% de nos produits contre 38% des impôts locaux.

Une dette à 75% toxique dans le plus important syndicat intercommunal de la ville, le SIDRU qui gère la destruction de nos ordures, dont notre seule ville supporte 20 %.

 

2) "Consolider dans tous les quartiers le modèle Saint-Germanois" dites-vous encore ! Voire cela ne saute pas aux yeux au contraire.

Nous avons un quartier historique qui domine largement en concentrant 80% des activités de commerce et 90% des activités culturelles.

L’étude prospective « Quel Saint-Germanois demain » a montré une coupure sociale entre les quartiers du centre au Nord de Saint-Germain-en-Laye et les quartiers Sud notamment du Bel Air… " Elle est imputée au prix de l’immobilier qui favorise au centre ville une classe socio professionnelle à niveau de vie élevé " (dixit l’étude en question). Ce point mérite attention et mérite de développer des actions, au-delà de la reconstruction de la dalle du Bel Air.

 

3) "Une ville qui anticipe la mobilité de demain et agir sur les déplacements". Là aussi il y a place pour le débat et les actions à entreprendre budgétairement.

La politique de déplacement à Saint-Germain-en-Laye est-elle ambitieuse et durable et répond-elle aux besoins de nos concitoyens ?

N’y-a-t-il pas place à un débat républicain sur le renforcement de l’offre de bus dans la ville en réétudiant les circuits actuels et en réinvestissant?

Ne peut-on pas lancer l’expérience de transport à la demande à l’intérieur de la ville?

 

4) "Une ville participant au développement d’activités nouvelles, soutenir les entreprises afin de créer de l’emploi". Sommes-nous un modèle ?

Quand nous n’avons pas de manageur coordinateur de développement économique de la ville.

Quand si je suis un investisseur, futur commerçant et que je demande des locaux libres en municipalité on me renvoie vers les agences immobilières.

Sur le dialogue avec l’Union des commerçants qui a régulièrement « patiné » ces dernières années et où il a été difficile de travailler dans l’intérêt commun...

 

5) Enfin, un « modèle Saint-Germanois » qui parle assez peu de la co-construction ensemble de notre avenir et pour cause.

Les outils de la démocratie participative sont très peu utilisés dans notre ville. Les conseils de quartiers, par exemple, quelles que soient les bonnes volontés, sont inaudibles. Personne ne connaît leurs travaux et les habitants n’en sont pas informés. Favoriser le dialogue et les échanges sont pourtant indispensables à notre démocratie locale.

 

Monsieur le Maire et mes Chers Collègues, c’est bien la conjonction des deux analyses, celles de Novembre dernier où nous avons détaillé nos désaccords sur le budget 2014, et celle ajoutée aujourd’hui sur le cadre général et la vision bilan de la ville qu’il sous tend qui conduit notre groupe a exprimé un vote opposé au budget qui nous est proposé ce soir.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

Publié dans Conseil municipal

Commenter cet article