La sécurité de l'aire d'accueil des gens du voyage à Saint-Germain en question

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

La création à Saint-Germain d'une aire d'accueil pour les gens du voyage, depuis longtemps attendue afin que notre ville et 4 autres communes voisines respecte,t la loi, était examinée lors du conseil municipal du 12 novembre dernier puisqu'il faut pour cela modifier le Plan Local d'Urbanisme. Nous y avons consacré dernièrement la tribune libre du groupe Saint-Germain Solidaire dans le Journal de Saint-Germain.
Pour des raisons de retard pris par l'Etat, ce dossier n'a pu être examiné en commission. Le débat a donc eu lieu lors du conseil municipal.
La parcelle choisie, permettant d'accueillir 42 emplacements sur 10.000m², est située à proximité du site de l'usine d'épuration Seine Aval, au nord de la forêt de Saint-Germain, sur un terrain qu'il faudra dépolluer. Cette usine est classée SEVESO et présente donc un certain nombre de dangers (fuite de biogaz, dégagement de chlore, etc..).
Le groupe Saint-Germain Solidaire a toujours été favorable à la création d’une aire d’accueil pour les gens du voyage, mais rejette l’emplacement choisi. D'ailleurs, la préfête des Yvelines indiquait dans un courrier du 26 août 2009, suite à des observations faites par la Drire (Directions régionales de l'industrie, de la Recherche et de l'Environnement) :
" J’attire tout particulièrement votre attention sur le fait que la cartographie des zones d’aléas montre que le terrain situé en face de l’unité de production des boues déshydratées et sur lequel le Syndicat Intercommunal Etudes et Programmation Seine et Forêts a le projet d’implanter une aire d’accueil des gens du voyage, est touché par les effets irréversibles correspondant à la zone des dangers significatifs pour la vie humaine et par les effets irréversibles correspondant à la zone des effets indirects par bris de vitre sur l’homme, liés à l’explosion d’une fuite de biogaz confinée dans la chaufferie de l’unité de production des boues déshydratées ou à un dégagement de chlore pendant une minute à la suite d’une erreur de dépotage au niveau de l’installation de désodorisation de l’UPBD. En conséquence, il serait préférable de prévoir le projet d’implanter une aire d’accueil des gens du voyage dans une zone non impactée."
Lors de l'enquête publique, le commissaire enquêteur a d'ailleurs précisé que "la Préfête des Yvelines a émis un avis pratiquement défavorable quant au projet de l’aire d’accueil." Pour le maire de Saint-Germain (voir vidéo ci-dessous), il ne s'agit pas d'une "interdiction" mais d'une "réserve"...
Pourtant, lors de la délibération présenté en conseil le 12 novembre, il est apparu que le sous-préfet avait validé le projet, ce qui est un changement majeur de la position de l'Etat depuis cet été.
Les élus de gauche ont donc demandé au maire s'il engageait personnellement sa "responsabilité
quant à l’entière sécurité des usagers de cette future aire". M. Lamy a répondu que "des précautions ont été prises", ce qui a entrainé l'avis favorable du sous-préfet, et que la seule responsabilité qu'il prendrait serait de "signer le permis de construire".

Voici un extrait vidéo (5mn) du conseil municipal  avec l'intervention de Pascal Lévêque, élu PS, et la réponse du maire de Saint-Germain :

Peu convaincus par ce changement brutal de position de l'Etat, les élus de gauche du groupe Saint-Germain Solidaire ont voté contre cette délibération. Les élus du groupe d'opposition de droite se sont abstenus.

A lire également sur notre blog :
Une aire d'accueil des gens du voyage à Saint-Germain : oui mais en sécurité ! (11/2009)
Bientôt une aire de 40 places pour les gens du voyage à Saint-Germain (12/2008)

Publié dans Conseil municipal

Commenter cet article

Legrand 07/12/2009 22:32



Ce dossier manque de clarté, la préfète des Yvelines dans un communiqué affirme qu’il « est préférable de changer le lieu de l’aire d’accueil, par soucis de risque avec un site classé SEVESO
à côté » et quelques semaines plus tard, le sous préfet de Saint-Germain-en-Laye affirme que l’aire d’accueil ne sera nullement menacée. Couac ou arrangement de dernière minute ?