La « Une » rétrograde du dernier Journal de Saint-Germain-en-Laye

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

retouraupensionnat.jpg

Le vendredi 18 octobre, le Journal de Saint-Germain-en-Laye paraissait avec en Une, une photo de classe avec le titre « Retour au Pensionnat ». Ce titre faisait allusion à un article en page intérieure où nous apprenions qu’un des membres enseignant dans cette émission de M6 était professeur dans un établissement de Saint-Germain-en-Laye. Dont acte. On peut toutefois s’interroger si cette information méritait la Une du journal municipal ?

Tous les rédacteurs en chef vous le diront, le choix d’une « Une » est tout sauf neutre ! Passons sur l’émission de M6 qui s’inscrit dans les habituelles émissions de télé-réalité où cette fois-ci on reconstitue les années 1950, l’internat et le Certificat d’études. N’oublions jamais que le but reste de faire de l’Audimat. Caricatures à la fois des adolescents présentés comme indolents et avachis et caricatures des équipes pédagogiques à la limite du harcèlement moral ! Bref, arrêtons le jugement sur l’émission de télévision elle-même, car on a au moins une liberté de choix, celle de tout à chacun de ne pas regarder la télévision ou de choisir un autre programme.

Alors pourquoi en faire la « Une » du Journal de Saint-Germain-en-Laye (cette fois-ci imposée à tous) ? Que véhicule cette « « Une » et cette image ? Une sempiternelle rengaine, rabâchée à longueur de temps : « c’était mieux avant » ! Constamment, notre société française cherche à trouver des repères uniquement dans le passé. Pourquoi ? Volonté de se rassurer, peur et manque d’imagination ? On surfe continuellement sur la nostalgie, les souvenirs (qui d’ailleurs embellissent tout). Les aspects éducatifs et l’image d’internat sont survalorisés. Mais notre société française, ce n’est pas cela ! C’est l’ouverture aux autres. Le programme aurait été beaucoup plus intéressant et le Journal de Saint-Germain-en-Laye aurait pu en faire l’écho en faisant débattre sur les méthodes éducatives des années 1950 et les méthodes éducatives d’aujourd’hui.

Regardons aussi la photo de la classe présentée : des jeunes hommes et jeunes filles « bien proprets et présentables ». Où est la diversité de notre société ? Allez vous promener à la sortie du Lycée Jean-Baptiste Poquelin ou à la sortie du Collège des Hauts Grillets, là est la vraie vie et là vous pourrez constater la diversité présente aussi dans notre ville.

Enfin, montrant que le choix de cette « Une » et de l’article cachent aussi un discours politique, le Journal interroge l’enseignant du pensionnat avec la question suivante : « A l’heure de la réforme des rythmes scolaires, vous qui, élève dans ces mêmes années 1950, avez vécu la scolarité sur un rythme différent, diriez-vous que c’était mieux hier, aujourd’hui ou que ce sera mieux demain ? ». Si cela, ce n’est pas un positionnement politique ! Fort heureusement, l’enseignant refuse d’y répondre et ne veut pas intervenir sur ce sujet. La Ville de Saint-Germain-en-Laye ne fait pas partie des villes qui ont mis en place la réforme des rythmes scolaires en septembre 2013, mais se positionne toujours en opposant, reprenant les thèmes de l’UMP : encore une fois, posture politique, dans un Journal qui ce veut celui de TOUS les Saint-Germanois...

Qu’une émission de télévision ait fait son choix de télé-réalité sur ce thème, c’est sa stratégie, on apprécie ou non.

Que le Journal de Saint-Germain-en-Laye en fasse sa « Une » et véhicule des idées passéistes et rétrogrades : Non ! L’éducation, la réussite de nos jeunes, l’accompagnement, les améliorations de notre système éducatif, le travail collaboratif familles/enseignants, l’ouverture sur le futur et sur les autres, Pascal-copie-1.jpgméritent mieux que cette nostalgie à bon marché.

Pascal Lévêque

Conseiller Municipal

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Commenter cet article