Le Sidru parmi les collectivités les plus exposées aux emprunts toxiques

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Même si la hausse du dollar est favorable au Sidru (le syndicat intercommunal qui gère nos ordures ménagères) en ce début d'année 2010, rien n'est résolu pour ses emprunts toxiques et notre point trimestriel (90ko, pdf) montre une valeur liquidative de -31 M € à fin 2009 pour les 'swaps' traités par le Sidru, soit un peu plus que fin 2008 (-28 M €).

Le mensuel Capital mentionne le Sidru dans son numéro de février 2010 dans un article intitulé "Les emprunts à risque signés avec légèreté s'accumulent" (3,73Mo, pdf). Le Sidru se distingue par son pourcentage de dette toxique (100%), devant la ville de Plaisir (95%), le département de Seine-Saint-Denis (92%) et la ville d'Asnières (91%). Même si cette statistique ne résume pas à elle seule la gravité de la situation, elle en est un indicateur simple, qui d'ailleurs va dans le même sens que les effets de levier des contrats toxiques, eux aussi parmi les plus élevés.

Les risques majeurs restent liés aux parités de change, proscrites pour tous les nouveaux contrats par la Charte de bonne conduite signée en décembre 2009. Pour le Sidru, les intérêts de la dette monteront subitement si le dollar se déprécie contre franc suisse, ou si l'euro se déprécie contre franc suisse également, comme le montre le graphique ci-dessous (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

sidru-022010

Les deux courbes resteront-elles en dehors des zones orangées ? C'est le pari fait par l'exécutif du Sidru, avec le fruit de nos taxes d'enlèvement des ordures.

 

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur le SIDRU

Commenter cet article