Nos deux questions diverses au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye du 14 novembre

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

hotel-de-ville.thumbnail.jpegL'ordre du jour d'un conseil municipal est fixé par la majorité municipale. Les élus minoritaires ont toutefois la possibilité de poser, en fin de conseil, une "question diverse" par élu. Cette question diverse n'amène hélas pas de débat et le maire répond ce qu'il veut, sans pouvoir ensuite être contredit. Elle nous permet toutefois d'aborder des sujets qui ne sont pas à l'ordre du jour.

Lors du conseil municipal du 14 novembre prochain, les élus de gauche poseront deux questions au maire de Saint-Germain :

Question n°1 posée par  Emmanuel Fruchard

« Monsieur le Maire, Mes Chers Collègues, par un courrier envoyé à des conseillers municipaux, le propriétaire du site inscrit de Valmoré, situé rue Quinault, indique avoir « adressé à la commune de Saint-Germain-en-Laye une requête d’indemnisation amiable qui porte sur trois millions d’euros. »

Par ailleurs, nous avons pris connaissance du rejet de l'appel de la ville par la cour administrative d'appel de Versailles, et donc de la confirmation de l'annulation du permis de construire du 17 juillet 2008 sur ce même site.

Dans cette affaire complexe d’urbanisme nous souhaitons avoir les informations suivantes :

- combien de procédures ont-elles été jugées ou sont-elles pendantes sur l’ensemble du site de Valmoré, dans lesquelles la ville est impliquée ou dans lesquelles sa responsabilité pourrait être engagée ? Par quel tribunal chacune de ces affaires est-elle traitée ? Quel est, de 2008 à ce jour, le coût global de ces procédures prises en charge pour le compte de la ville ? Enfin, à quel montant estimez-vous pour la ville la charge qui pourrait résulter de ces procédures en fonction du risque financier encouru ? »

 

Question n°2 posé par Claude Bihouis

« Monsieur le Maire mes chers collègues,

Notre question porte sur le Journal de Saint-Germain et ses choix éditoriaux. En effet, les dernières Unes du Journal de Saint-Germain nous ont interpellées. A titre d’exemple l’édition du vendredi 4 octobre porte en titre : attractivité du commerce Saint-Germanois, de nouvelles enseignes. La Une de ce numéro nous montre, en couleur, des passants, rue piétonne de la ville. Au centre de cette image, une jeune fille, blonde porte un vêtement noir qui exhibe ostensiblement le nom d’une marque connue. Cette marque est au centre d’une polémique fâcheuse car son patron, révélant une idéologie douteuse a récemment affirmé, je cite, qu’il ne voulait vendre ses vêtements qu’à des gens beaux, en ne désirant cibler personne d’autre. Fâcheux également de découvrir, dans ce même numéro, en dernière page, et pour présenter l’ouverture de la saison au théâtre Alexandre Dumas, un beau portrait en couleur d’Alain Delon, qui s’est illustré récemment, non pas comme le grand acteur qu’il fut, mais comme un soutien de poids au Front National. L’image culturelle de notre ville méritait sans doute meilleure illustration.

retouraupensionnatEnfin dernier exemple, la Une du vendredi 18 octobre, nous propose cette fois un retour au pensionnat, avec une belle photo sépia, d’élèves modèles, en blouse dans une classe qui semble très peu métissée.

Retour au pensionnat : l’annonce brutale et l’image qui l’accompagnent, sonnent, chacun l’aura compris, comme une nostalgie éducative assez réactionnaire.

Un journal municipal, distribué gratuitement et massivement, dispose toujours d’un impact important, et c’est l’image d’une ville qu’il véhicule avec force.

Son contenu intéresse donc légitimement les citoyens. Pourriez-vous, Monsieur le Maire, accorder au Journal de Saint-Germain l’attention suffisante pour lui permettre d’offrir une image plus positive de notre ville ? »

 

A lire également sur notre blog :

Affaire Valmoré : qui paiera pour les erreurs de la majorité municipale ? (11/2013)

La "Une" rétrograde du dernier Journal de Saint-Germain-en-Laye (10/2013)

Publié dans Conseil municipal

Commenter cet article