Réaction à l'article sur le contrôle d'identité à Saint-Germain-en-Laye

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Certains lecteurs considéreront les faits évoqués dans la précédente chronique comme anecdotiques et sans grande importance. Ce n’est pas du tout mon point de vue.

Le contrôle d’identité a ses règles et sa déontologie que la police en premier doit respecter. L’article 78-2 du Code de procédure pénale permet seulement aux policiers d’ « inviter à justifier, par tout moyen, de son identité toute personne à l’égard de laquelle existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu’elle a commis ou tenter de commettre une infraction, qu’elle se prépare à commettre un crime ou un délit ». Dans ce cas les forces de l’ordre sont autorisées à des palpations de sécurité qui consistent à s’assurer en passant les mains sur les habits d’une personne qu’elle ne porte pas d’arme.

Faire baisser son pantalon sur la voie publique est un acte d’humiliation caractérisé. Comme par hasard, celle-ci a eu lieu sur un jeune de peau colorée.

Qui déclarait l’année dernière sur une radio privée que les « contrôles aux faciès » des jeunes était « une réalité » dans le pays, soulignant cependant «le républicanisme » de la majorité des policiers, gendarmes et forces de sécurité ? Eric Besson, Ministre de l’Immigration et de l’identité nationale au micro de RTL !

Pour certains citoyens de notre pays, malheureusement les humiliations sont le lot quotidien. Depuis longtemps, les enquêtes se succèdent. Faut-il rappeler l’étude l’année en 2009 de deux chercheurs du CNRS et de la Fondation Open Society Justice ? Cette enquête a été réalisée sur 5 sites parisiens, autour de la gare du Nord et de la station de métro Châtelet les Halles et après interview de 525 contrôlés. Les résultats obtenus indiquent un écart considérable entre la population contrôlée et  la population présente sur ces lieux. Les jeunes sont ainsi sur-contrôlés, quelle que soit leur part dans la population de départ. L’écart est également patent en ce qui concerne les minorités visibles quelle que soit leur part également dans la population présente. En résumé les individus ressentis comme « Arabes » ont été 7 fois plus contrôlés que ceux perçus comme « Blancs ». A la station Châtelet les Halles, la probabilité de contrôle des « Noirs » était elle 11 fois plus grande.

Les policiers sur-contrôlent une population caractérisée par le fait qu’elle est habillée de manière typiquement jeune et issue de minorités visibles. Ces contrôles divisent la population et donne l’impression à certains que quoi qu’ils disent, quoi qu’ils fassent, ils ne feront jamais partie de la communauté nationale. Ils seront à vie présumés irréguliers, présumés coupables.

Alors oui, encore une fois certains trouveront l’incident relaté à Saint-Germain mineur, notre réaction du style « Closerie des Lilas » (critique si chère à Monsieur Hortefeux) ou en provenance d’élus de la « gauche caviar » et bien pas du tout ! C’est parce que nous sommes profondément attachés à une police républicaine, et qu’au nom de ce lien indestructible qui doit exister entre la police et ses administrés, quelles que soient leur âge, leur religion, leur mode de vie ou leur couleur de peau, que nous refusons ce type d’humiliation et que nous voulons en finir avec les contrôles aux faciès.

Pascal.jpg 

Pascal Lévêque

Conseiller Municipal PS de Saint-Germain-en-Laye

 

A lire également sur notre blog :

Scène d'humiliation ordinaire à Saint-Germain-en-Laye (08/2010)

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article