Scène d'humiliation ordinaire à Saint-Germain-en-Laye

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

mjs-coupable.jpgEn ce mois de juillet 2010 vers 19h30, des policiers font un contrôle d'identité devant le château. Une bande de jeunes à la peau mate attend que leurs papiers soient vérifiés. Un membre des forces de l'ordre vérifie poches et sacs. Puis les jeunes reprennent leur chemin vers la fête des Loges.

Un contrôle de routine. Un ou deux passants ont jeté un coup d'œil mais personne n'y a prêté attention.

Pourtant, regardons les faits à nouveau, sous l'angle opposé :

En ce mois de juillet 2010 vers 19h30, six individus armés de tonfas et vêtus de tenue de type 'commando' encerclent d'un air martial quatre jeunes messieurs, qu'ils alignent contre un mur. Là, ils les somment de montrer leurs papiers d'identité et les fouillent un à un. Celui qui se charge de la fouille, sous l'œil goguenard de ses comparses, fait baisser son pantalon au-dessus du genou à l'un des messieurs pour voir si son caleçon a des poches. Sous la contrainte, et malgré la gêne de se déshabiller ainsi en public, le jeune homme s'exécute.

Après un bon quart d'heure les passants sont enfin libérés et autorisés à poursuivre leur chemin paisiblement.

Il est temps de prendre conscience du caractère autoritaire de cette politique. Les valeurs qu'elle défend sont un débat subjectif, mais on doit également s'interroger sur son efficacité au regard des objectifs de baisse de l'insécurité ressassés par l'UMP elle-même depuis des années :

- A quoi servent ces contrôles d'identité basés sur des préjugés raciaux et sociaux ?

- En plus d'être injuste, leur répétition absurde n'est-elle pas contreproductive, car nuisible à la cohésion sociale et au respect des lois ?

- Si vous en étiez victime, respecteriez-vous une république dont les représentants se livrent impunément à ce type de vexations gratuites ?

 

Il y a une logique entre les évènements récents. Derrière le pantalon baissé à Saint-Germain-en-Laye, derrière les violences de Grenoble et Saint-Aignan, derrière le maintien d'un ministre de l'Intérieur condamné pour injure raciale, nous te voyons, Nicolas Sarkozy.

 

Photo-Emmanuel.jpeg"La peur et la violence sont devenus les outils de la conservation du pouvoir." Georges Orwell

 

Emmanuel Fruchard, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye

(Photo d'illustration sans lien avec la scène décrite)

A lire également sur notre blog :

Interpellation mouvementée à Saint-Germain (09/2007)

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article