Sidru : l'exécutif négocie alors que les pertes sont au plus haut

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Quelques semaines après la confirmation par le président du Sidru (le gestionnaire de nos déchets) que la situation financière est critique (voir notre article sur cette annonce qui confirme nos alertes), voici notre évaluation trimestrielle de la dette du Sidru, composée du capital restant dû des deux emprunts et de la valeur liquidative des 'swaps', ou opérations de gestion de dette : Analyse de la dette, Q4 2010 (pdf, 238ko).
La dette globale ainsi définie atteignait 90 millions d'euros à la fin du mois de septembre, à comparer aux 49 millions d'euros empruntés en 1999 pour construire l'incinérateur Azalys. En 11 ans, les taxes des contribuables ont permis de rembourser 9 millions d'euro de capital initial, mais un trou de 50 millions a été creusé entre 2005 et 2010. C'est un des pires cas d'emprunts toxiques de France.
L'année 2011 sera clé : la fin de la période de bonification intervient au premier trimestre pour le swap indexé sur le cours de change de l'euro contre franc suisse (cf graphique). Si la formule s'appliquait aujourd'hui, le taux à payer serait de 28%. Ce risque apparaît sur la courbe marron du graphique suivant (arrếté au 6 novembre) :

Sidru_Risques_Q4-2010.jpg
Pour plus d'informations :
Tous nos articles sur le Sidru
La dernière réunion du Comité du Sidru : extraits à propos de la médiation avec les banques (11/2010)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article