Tribune libre du Journal de Saint-Germain du 1er février 2013 : La politique du Boa

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

JSGRetrouvez ci-dessous la tribune libre des élus de gauche parue dans le Journal de Saint-Germain daté du 1er février 2013.


 

La politique du Boa

Les taux du livret A ont baissé à 1,75%. C’est bas, trouvent les épargnants prudents, c’est plus que l’inflation – qui est à 1,3% – répond le gouvernement. Qu’en est-il des augmentations relatives au budget de notre ville ?

Les tarifs municipaux montent cette année de 2%, c’est plus que le taux du livret A. Depuis 2008 toutes les augmentations ont été entre 2% et 2,5%. Les subventions aux associations seront par contre gelées : 0% d’augmentation. Depuis le début de ce mandat, le montant de subventions est même en recul de 3%.

Chaque année la droite municipale resserre un peu son étau sur les actifs, surtout ceux à temps partiel : les vacataires de la ville voient leur rémunération augmenter moins que l’inflation : 0,25% par an pour les activités périscolaires, 0,43% pour les médecins de crèche, 0,56% pour les membres du jury du conservatoire, etc. Lors du dernier débat, il a même été annoncé que ces rémunérations ne croîtraient dorénavant qu’au rythme du point de la fonction publique, soit 0,43% par an de 2007 à 2012. Les intermittents eux aussi ont vu leur rémunération augmenter de 1% par an de 2005 à 2011, contre 1,6% pour l’inflation. Ils ont tous perdu du pouvoir d’achat.cm_5-avril-2012_tableau-pour-blog.png

A l’autre extrême, notre taux de taxe foncière, celle payée par les propriétaires, est maintenu très bas. En début de mandat ce taux était aux 2/3 de la moyenne des Yvelines. Il est descendu à la moitié, alors que pour la taxe d’habitation, notre taux est stable à 78% de celui des autres villes. C’est un cadeau, parmi d’autres, aux plus aisés.

Malgré nos alertes répétées en conseil, la majorité municipale ne semble pas avoir pris conscience que les plus faibles se sentent pris entre les anneaux d’un boa qui les enserre et accroit d’année en année son étreinte. Ce lent déclassement n’est pas inéluctable, c’est un choix politique.

 

Pour aller plus loin :

Le vrai prix des impôts locaux réduits

Jeunes travailleurs précaires : travailler plus pour gagner moins !

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Commenter cet article