Vague de protestations après le limogeage d'humoristes à France Inter

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

guillon_porte.jpgLa scène se passe dans un lycée de Saint-Germain-en-Laye. Un peu avant 8 heures des professeurs arrivent en voiture et se garent dans le parking. Mais personne ne sort de sa voiture. Passent quelques minutes et tout d'un coup tout le monde quitte son véhicule pour se diriger vers les salles de classe, un grand sourire aux lèvres. Et la scène se répète un peu partout en France.

L'explication : à 7h55, c'est l'heure des humoristes sur France Inter. Tour à tour, Stéphane Guillon, Didier Porte et François Morel manient pendant 4 minutes un humour souvent caustique.

Hélas tout cela appartient au passé.

Ces chroniques, souvent sans concession, ont choqué. Elles ont choqué parce qu'elle bravaient des tabous, étalaient sur la place publique les turpitudes des puissants (de droite comme de gauche, DSK en sait quelque chose). C'était un peu comme si le Canard Enchaîné avait 4 minutes de radio par jour : 0,27% du temps d'antenne... Mais c'était trop! Trop pour ces messieurs de droite qui n'ont pas aimé la bio qui leur était faite avant qu'ils n'occupent l'antenne pour plus d'une 1/2 heure.

Alors, après des mois d'hésitation, le pouvoir a mis fin à cette petite fenêtre de liberté débridée. Pourtant Giscard n'avait pas interdit le Tribunal des Flagrants Délires, ni Mitterrand le Bêbête Show ou Chirac les Guignols. Sarkozy, par J-L Hees et P. Val interposés, a osé franchir le pas.

L'enjeu n'est pas mince, car le pouvoir politique actuel contrôle déjà, directement ou par ses amis grands patrons interposés, la plupart des télévisions, des journaux (gratuits du matin, presse quotidienne, magazines) et plusieurs radios. Ce n'est pas une dictature, mais une sorte de chloroforme ouaté dans lequel on présente les choses comme le veut le pouvoir. Les "éléments de langages" venus de l'Élysée et des services de communication se déclinent sur tous les supports et envahissent peu à peu les cerveaux.

Certes il y a des blogs comme celui-ci, mais que pèsent-ils par rapport à France Inter ? Vous serez sans doute quelques centaines à lire ces lignes. Stéphane Guillon avait 2 millions d'auditeurs chaque matin.

Oui, ce putsch à France Inter, c'est l'événement de la semaine, voire plus. Peu importent les Bleus. Aujourd'hui les auditeurs de France Inter ont des bleus à leur radio.

Et finalement si tout n'était pas dit. S'il reste une chance de laisser un interstice de parole libre, alors il faut la saisir. Vous aussi, résistez !

Pour signer une des deux pétitions en ligne

* http://petition.harrycow.fr/

* http://lapetition.be/en-ligne/petition-7616.html

On peut encore podcaster les chroniques à cette adresse : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/video/index.php

Mobilisez vous !

 

A lire également sur notre blog :

Bolloré promeut les jeux en ligne dans Direct Matin sans mentionner son intérêt

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article

estlimbaum 28/06/2010 19:02



merci pour la qualité de vos articles.


rappelons que Didier Porte a été le premier a dénoncé l'arnaque médiaticojudiciaire de l'affaire de Tarnac.Qualifiés injustement de terroristes ces jeunes ne sont toujours pas jugés et risquent
20ans de prison