Rythmes scolaires à Saint-Germain : le maire fuit ses responsabilités

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

C'est hélas sans surprise que nous avons pu lire dans le Journal de Saint-Germain du 22 septembre la dérobade d'Emmanuel Lamy quant au changement brutal de rythme scolaire dans plusieurs écoles de Saint-Germain. Pour rappel, le tribunal administratif a invalidé le 8 juillet la décision d'harmoniser les rythmes scolaires dans les écoles primaires. Mais ce retour au samedi travaillé n'a été annoncé aux parents par la municipalité que par une lettre datée du 22 août. Un délai que personne ne s'explique et qui a nettement perturbé la rentrée scolaire dans 8 écoles, les parents devant trouver dans l'urgence un moyen de faire garder leur enfant le mercredi.

A la suite d'un premier article le 17 septembre, où nous expliquions les responsabilités de la majorité municipale, nous avions donné rendez-vous à nos lecteurs. Le maire aurait-il l'honnêté de citer le Courrier des Yvelines dans la revue de presse et une des lettres de protestation de Saint-Germanois dans le courrier des lecteurs du prochain Journal de Saint-Germain ? M. Lamy, qui nous lit régulièrement, ne pouvait ignorer ce rendez-vous. Et pourtant, le résultat est encore plus pathétique que celui que nous attendions.

  • - Dans la revue de presse : plutôt que de citer le Courrier des Yvelines, inhabituellement sévère contre ce ratage municipal, Lamy y fait publier (on ne rigole pas) un « droit de réponse » dans son propre journal, sans préciser d'ailleurs à qui ce droit de réponse s'adresse... Celui-ci se révélant en fait le communiqué que M. le maire a diffusé dès le début septembre pour tenter de convaincre les Saint-Germanois que « la Ville, mise devant le fait accompli, ne porte aucune responsabilité dans la situation actuelle. » Bien sûr...
  • - Comme il en a pris la triste habitude, le maire de Saint-Germain se permet de répondre à notre tribune libre en ajoutant un paragraphe à sa propre tribune, finement intitulé « Vous avez droit à une information exacte » ; les Socialistes étant des menteurs, bien évidemment.
  • - Enfin, last but not least, le courrier des lecteurs. Plutôt que de citer une des très nombreuses lettres de protestation adressées par des parents en colère de devoir trouver en urgence une solution pour garder leur enfant le mercredi, M. Lamy fait publier une lettre d'une toute autre teneur que nous reproduisons ici :
    « Deux semaines avant la rentrée, j'ai reçu un courrier indiquant que les enfants de l'école Les Ecuyers auraient classe le samedi matin au lieu du mercredi matin. Depuis, j'ai compris que la Ville de Saint-Germain n'était pour rien dans ce changement. Je lui présente mes excuses [sic] car elle subit, comme nous, les conséquences de cette décision abrupte. Merci aussi pour son action auprès de l'Education nationale. »

Les Saint-Germanois sont désormais fixés sur la valeur et l'honnêteté intellectuelle de cette revue de presse et de ce courrier des lecteurs...

Il y a par ailleurs un 4e article sur « des difficultés imprévues » pour la rentrée scolaire. Tout cela fait beaucoup pour un maire qui "ne porte aucune responsabilité dans la situation actuelle" et qui depuis un mois n'assume pas sa part de responsabilités.

Dernière réaction du maire dans le Journal de Saint-Germain du 6 octobre : il se contente de redire, en réponse à notre tribune libre, ce qu'il a écrit quinze jours auparavant à la même page...

Vous l'aurez bien compris : selon M. Lamy, cette pagaille dans la rentrée scolaire est dûe à la justice, à l'Education nationale, mais surtout pas à la majorité municipale qui a pourtant attendu les tous derniers jours avant la rentrée avant d'avertir les parents d'élèves du changement de rythme scolaire.

Publié dans Saint-Germain-en-Laye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article