Saint-Germain à vélo (2) : Stationnement : Peut mieux faire, surtout au RER !

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Après un premier article dédié aux pistes et bandes cyclables de la ville, voici le deuxième volet de cette série, qui concerne les aires de stationnement de bicyclette. Comme précédemment nous définissons nos critères d'évaluation et présentons nos relevés sur le terrain, avant de conclure avec la comparaison avec d'autres villes.


Critères
Le premier critère de choix, c'est la disponibilité d'un emplacement, qui dépend du nombre de places disponibles et de la proportion d'invasion - le plus souvent en dépit d'une interdiction - par les deux roues motorisés.
D'autre part les besoins de stationnement diffèrent selon que l'on souhaite s'arrêter quelques minutes pour faire une course, ou laisser son vélo plusieurs heures près d'une gare. Dans ce second cas seulement, nous considérons qu'un stationnement abrité présente un réel intérêt.

Nos critères sont donc :
- Capacité de stationnement (en nombre sachant qu'un arceau = 2 emplacements)
- Besoin estimé (en nombre, basé sur les stationnements sauvages et notre estimation subjective)
- Invasion de deux roues motorisés (en %)
- Abri de la pluie

Dans cette liste on note que deux critères sont objectifs (capacité et existence d'un abri), tandis que les deux autres sont subjectifs et susceptibles d'observations différentes au cours du temps. Nous avons fait notre possible pour effectuer plusieurs relevés et refléter au mieux une réalité changeante.

Relevés sur le terrain
Voici la liste des stationnements vélos de Saint-Germain :
En moyenne, environ la moitié des emplacements sont correctement dimensionnés, les autres étant un peu sous-dimensionnés, sauf évidemment le cas de la station de RER, qui présente une carence aigüe depuis des années (voir notre vidéo) mais devrait trouver une solution avec le projet de pôle.

La séparation entre bicyclettes et deux roues motorisés ne fonctionne pas. Cet échec a au moins deux origines :
- Tout d'abord la signalisation est souvent défectueuse, soit parce qu'elle a été faite avec des autocollants qui se sont vite dégradés, soit parce que les indications sont trop vagues, comme ces panneaux « réservé aux cycles » qui sont bien sibyllins, les cyclomotoristes pouvant avec raison se sentir les bienvenus ; et si tous les deux roues sont admis, pourquoi mettre un panneau ? Certains emplacements n'ont aucune indication (rue Voltaire ou rue des Joueries par exemple) - voir notre photo). Sont-ils ouverts à tous les cycles ?
- D'autre part les usagers de deux roues motorisés n'adhèrent pas à la séparation entre deux roues, ou simplement ne veulent pas faire à pied les 100 m qui les séparent de l'emplacement qui leur est réservé.
Face à cette situation deux réactions sont possibles :
- Ne pas chercher à séparer les deux roues, en tout cas les scooters des vélos. Les avis divergent sur cette question. Certains cyclistes sont opposés à cette solution, car ils considèrent que les avantages accordés aux cyclistes (pistes et gratuité du stationnement) ne se justifient que pour les moyens de transport non polluants et très peu dangereux.
- L'autre solution consiste à écarter un peu le stationnement de la rue. En effet les vélos peuvent plus facilement monter une petite marche (comme dans la cour de la Maison des Associations 3), passer une porte (Hôtel de ville) ou faire simplement quelques mètres sur le trottoir (CRD, centre administratif). Ces emplacements sont moins envahis.


Comparaison avec d'autres villes
Le nombre total d'emplacements à Saint-Germain est de 244 places, soit 0,61 pour 100 habitants. Les villes les plus en pointe en comptent 3 à 4 pour 100 habitants (6 fois plus). Paris en a 1,17 (source Vélocité, février 2008), soit presque le double de Saint-Germain.
Le nombre d'emplacements près des gares est de 30 pour la ligne Grande Ceinture et 40 pour le RER A, soit 0,11 pour 100 voyageurs du RER A. Strasbourg en compte 3 pour 100 voyageurs, Versailles 0,42 (source Vélocité, février 2008), c'est-à-dire presque 4 fois plus que Saint-Germain ! Cette dernière statistique confirme notre analyse qu'une capacité d'accueil au moins égale à 200 emplacements est nécessaire.
Clairement, et même si des progrès ont été accomplis pendant le mandat précédent, Saint-Germain est bien loin d'être une ville accueillante pour les cyclistes. Dans le domaine des stationnements comme dans celui des bandes cyclables, il reste beaucoup de progrès à accomplir pour vraiment inciter nos concitoyens à utiliser plus ce mode de déplacement au quotidien.


Cyclistes, écrivez-nous !
Merci à ceux qui nous ont contacté ou ont commenté en ligne l'article précédent. Vos informations et opinions nous intéressent. Merci aussi à l'association de cyclistes Réseau Vélo 78, qui nous a aidé par ses conseils méthodologiques et les statistiques utilisées dans cet article.

Au sommaire des articles suivants : les liaisons avec les communes limitrophes et itinéraires entre quartiers qui sont difficiles à vélos, puis des questions diverses, comme les axes partagés, sur lesquels les avis sont également... partagés. Sur tous les sujets touchant à l'usage du vélo à Saint-Germain, n'hésitez pas à alimenter notre réflexion en envoyant vos messages à : ps.saintgermain@gmail.com

1- Il y a 2 x 18 = 36 places « réservées aux cycles ». Cette dénomination vague n'exclut pas les deux-roues motorisés. On a donc divisé par deux le nombre de places disponibles, sur la base d'un partage à parts égales entre vélos et deux-roues motorisés.

2- Idem 2 x 12 places « réservées au cycles » 

3- Où il n'y a pas d'emplacement « officiel » pour bicyclettes, mais une pratique informelle

A lire aussi :
La première partie de notre bilan sur le vélo à Saint-Germain
Une vidéo sur le stationnement anarchique des deux-roues au RER
Nos précédents articles sur ce thème dans notre dossier Vélo

Publié dans Vélo

Commenter cet article

François 19/11/2008 23:20

Bravo pour ce travail très intéressant. J'avais également beaucoup apprécié votre 1er article sur le sujet.Je ne comprends pas pourquoi la municipalité n'a pas encore installé de nouveaux abris pour les 2 roues devant le château ! Tous les jours, c'est un bazar indescriptible et les 2 roues se garent n'importe où, faute de mieux.Saint-Germain est en tout cas très en retard en ce domaine. Il reste beaucoup à faire